Archives par catégorie : Tout savoir sur l’expatriation

10 Conseils pour s’adapter à une nouvelle culture

S'adapter à une nouvelle culture
Vous allez bientôt partir vivre dans un autre pays ? Au-delà de la préparation matérielle et administrative, il faut penser à la préparation psychologique qui vous aidera à surmonter plus facilement un éventuel choc des cultures. Voici 10 astuces qui vous permettront de dépasser les différences culturelles pour vous épanouir et vous construire une nouvelle vie dans votre pays d’accueil.

1. Prenez connaissance des différences culturelles

Le choc des cultures est une étape normale de votre adaptation à une nouvelle culture. Il est logique de se sentir désorienté, voire stressé, lorsque l’on s’éloigne de son univers et de ses habitudes familières pour se plonger dans une autre réalité qu’il faudra apprendre à connaître. Comprendre et accepter ce choc culturel est déjà un pas vers l’intégration, car cela signifie que vous prenez conscience de l’existence de ces différences.

2. Faites des concessions

Soyez indulgent et prenez le temps qu’il faut pour vous adapter. Porter des jugements de valeur sur la culture des autres risque de vous empêcher d’apprécier toutes les richesses que vous pouvez y puiser. Pour éviter les malentendus et les opinions formulées de manière trop hâtive, essayez de nouer des relations amicales avec la population locale et demandez-leur de vous éclairer sur certaines de leurs pratiques qui vous paraissent choquantes ou incompréhensibles.

3. Ménagez votre corps

Le choc culturel n’affecte pas uniquement l’esprit, il peut également provoquer une plus grande vulnérabilité du corps. Il est conseillé de faire régulièrement des exercices physiques et de dormir suffisamment pour permettre à l’organisme de récupérer plus rapidement et de faire le plein d’énergie.

4. Respectez les pratiques locales

Faire preuve de respect envers la population locale, sa culture et ses croyances facilite l’adaptation dans votre nouveau milieu de vie. Qu’il s’agisse des habitudes alimentaires, de certaines valeurs comme la place de la femme dans la société ou de pratiques qui ne vous semblent pas toujours claires, acceptez-les comme faisant partie des us et coutumes de votre pays d’accueil auxquels il faudra vous habituer. Pour cela, éviter de rester en permanence entre expatriés et n’hésitez pas à participer à la vie sociale.

5. Documentez-vous au mieux

Avant votre départ, il est conseillé de vous informer, en détail, sur votre destination. Connaître les gestes et les attitudes interdits ou tabous vous permettra d’éviter bien des erreurs. Dans de nombreux pays d’Asie, comme la Chine ou la Thaïlande par exemple, il faut éviter de toucher la tête ou de faire passer des choses au-dessus de la tête. La tête est considérée comme la partie la plus importante du corps, car elle abrite l’âme et l’esprit et mérite le plus grand respect. Dans ces mêmes pays, il vaut mieux éviter de fermer les portes ou les tiroirs avec les pieds, ce sont les parties les plus basses du corps et ils sont considérés comme impurs.

6. Adhérez pleinement à votre cadre professionnel

Le nouveau cadre de travail suscite parfois les plus vives inquiétudes, il faut s’adapter à un autre mode de management, à de nouveaux collègues et à des habitudes et pratiques encore inconnues. Profitez de ce changement pour nourrir votre expérience professionnelle.

7. Profitez des stages de formation interculturelle

Lorsque c’est possible, participez sans hésitation aux stages de formation interculturelle proposés par votre entreprise, avant votre départ.

8. Ne perdez pas le contact

Restez en contact avec votre famille, vos amis et vos anciens collègues et vous vous sentirez moins isolé. Cela vous permettra également de mieux préparer votre retour le moment venu.

9. Adoptez le rythme local

Ne vous enfermez pas dans vos anciennes habitudes. Observez ce qui se passe autour de vous et vivez au rythme des autres habitants. Essayez de voir ce qu’ils font et à quel moment, et lancez-vous !

10. Partez en reconnaissance

Si vous en avez les moyens, un voyage de reconnaissance est l’idéal pour avoir un premier aperçu de votre pays d’accueil, de sa population et du cadre de vie qui vous attend. Ce premier contact avec la culture locale vous aidera énormément au moment de l’expatriation. Les changements, même s’ils ont été longuement préparés et attendus, peuvent être également redoutés ou difficiles à supporter. Aucun voyageur n’est à l’abri du choc culturel, mais en suivant nos conseils, vous pourrez profiter pleinement de votre nouvelle vie.

Si vous avez besoin d’autres informations qui pourraient vous aider à réussir votre adaptation à une nouvelle culture, n’hésitez pas à découvrir tous les conseils d’ACS. Et vous, connaissez-vous d’autres astuces pour faciliter une expatriation ?

Que se passe-t-il en cas de frais médicaux à l’étranger ?

Malade à l'étrangerVous vous êtes posé toutes les bonnes questions pour la souscription d’un contrat d’assurance expatrié, et vous avez finalement souscrit. Mais que se passe-t-il concrètement en cas de frais médicaux ? Voici une série de réponses aux questions les plus fréquemment posées par les personnes dans cette situation :

Comment savoir quels soins sont pris en charge par mon assurance?

Faites attention! Plusieurs formules d’assurance expatriation peuvent vous être proposées lors de votre souscription. La plupart des personnes assurées n’ont pas une vision exacte des garanties souscrites. Une formule d’assurance “hospitalisation seule” est souvent mal interprétée. L’urgence et le passage à l’hôpital ne sont pas obligatoirement synonymes d’hospitalisation, et donc de prise en charge. Par exemple, si vous faites une chute et vous retrouvez au service des urgences d’un hôpital pour quelques heures, cela ne sera pas considéré comme une hospitalisation. Par contre, si votre blessure nécessite une opération et que vous passez une nuit au moins à l’hôpital, la prise en charge devient possible. En cas de frais médicaux, pensez donc à vous référez à votre contrat d’assurance et à votre tableau de garanties.

Si je tombe malade, quelles sont les démarches à suivre pour une demande de remboursement?

En cas de maladie, c’est généralement à l’assuré d’avancer les frais puis d’envoyer tous les justificatifs de dépense à son gestionnaire de frais médicaux. Ses coordonnées figurent dans la police d’assurance ou sur la carte d’assuré délivrée lors de la souscription du contrat. Lors d’une première demande de remboursement, il peut être utile de joindre ses coordonnées bancaires.

Si je suis hospitalisé(e), quelles sont les démarches à suivre pour bénéficier des garanties de mon assurance ?

Une des toutes premières choses à faire en cas d’hospitalisation à l’étranger est de présenter votre carte d’assuré ou votre attestation d’assurance à l’établissement hospitalier dans lequel vous êtes admis. C’est ensuite l’hôpital qui se mettra en relation avec l’assisteur pour effectuer toutes les démarches administratives nécessaires à la prise en charge. Dans le cas d’une hospitalisation prévue, l’assuré peut anticiper et directement contacter la plateforme d’assistance, joignable à toute heure, sept jours sur sept et dans plusieurs langues. Dans la plupart des cas, la prise en charge est directe et ne nécessite pas d’avance des frais. Un bon point qui évite de débourser des sommes parfois très élevées dans les pays où la médecine est chère.

En quelle devise serais-je remboursé(e)?

Le remboursement des frais médicaux s’effectue dans la devise du compte bancaire de l’assuré. Dans la plupart des cas, les frais de change sont pris en charge par la compagnie d’assurance.

Suis-je pris(e) en charge par mon assurance en cas de découverte de grave ou longue maladie lors de mon expatriation?

La découverte de grave ou longue maladie est garantie par le contrat, dans la limite du plafond prévu.
Néanmoins, ces cas sont très particuliers et chaque compagnie met en oeuvre ses propres dispositifs pour accompagner au mieux l’assuré. Il est important de soumettre vos questions à votre assureur.

Mes soins sont-ils pris en charge si je ne suis pas malade ?

Lorsqu’on part à l’étranger pour une longue durée, on peut ressentir le besoin de faire vérifier son état de santé sans pour autant être malade ou sujet à des symptômes. Certaines garanties prennent en charge les bilans de santé à périodicité définie (la plupart du temps 2 ou 3 ans) jusqu’à un certain plafond.

Que faire en cas de rapatriement médical?

L’assistance rapatriement est souvent une option proposée lors de la souscription, il convient donc tout d’abord de vérifier si vous avez bien choisi d’y souscrire. Le rapatriement est une décision résultant de l’accord de votre médecin traitant local et du médecin conseil de la compagnie d’assurance. Il intervient dans le cas où les soins adaptés à votre affection ne peuvent pas être prodigués dans le pays d’expatriation ou bien que l’état du patient le nécessite. Dans le cas où un rapatriement est nécessaire, la compagnie d’assurance met en oeuvre tous les moyens à sa disposition afin que le voyage se déroule dans les meilleures conditions possibles pour le malade: ambulance, avion sanitaire ou encore médecin accompagnant jusqu’à l’hôpital prévu. Le retour dans le pays d’expatriation est également pris en charge une fois l’état de santé du patient amélioré.

Pourquoi souscrire une assurance expatriation ?

Assurance ExpatriésOn nous pose souvent cette question…

S’expatrier peut être un véritable tremplin en vue d’une nouvelle vie, d’une meilleure carrière professionnelle et de nouvelles possibilités, mais un tel projet n’est cependant pas exempt de risques. Souscrire une assurance santé expatriation vous permet de partir l’esprit serein et de mieux profiter du nouvel environnement qui vous attend.

Mais comment choisir l’assurance qui me convient le mieux ? A quoi dois-je faire attention ? A qui dois-je m’adresser ? Autant de questions dont vous devez trouver les réponses avant vous lancer.

Voici quelques réponses à vos questions.

La CFE, un acteur important

La CFE, ou Caisse des Français de l’Etranger est un organisme qui assure les Français à l’étranger sur les mêmes barèmes de remboursement que la Sécurité Sociale. La prise en charge de la CFE concerne tous les pays, sans limite d’âge ni cas exclus. Elle permet de bénéficier d’une protection sociale équivalente à celle dispensée en France. De plus, lors d’un retour définitif, la réouverture des droits est facilitée et ne nécessite pas de délai de carence. Enfin, la CFE donne la possibilité de valider, sans frais, les trimestres d’assurance pour la retraite.

Néanmoins, la couverture conférée par la CFE dépend des conventions de couverture sociale entre le pays étranger et la France, ce qui fait que le remboursement se base sur une tarification et des taux français. Or, dans certains pays, les frais de santé peuvent être bien plus élevés.

Par exemple, si vous payez 60 € pour la consultation d’un médecin généraliste, la CFE vous remboursera en fonction du barème de la Sécurité sociale française, c’est à dire : 16,10 € (tarification pour la consultation d’un généraliste = 23 €, taux de remboursement = 70%, 23 € x 70% = 16,10 €). La différence, soit 43,90 €, restera à votre charge.

Il est également important de noter que les garanties proposées par la CFE ne concernent pas le rapatriement sanitaire, la responsabilité civile et le transport du corps lors d’un décès. Il est donc important de se renseigner sur d’autres solutions d’assurance, qui peuvent venir en complément de la CFE ou bien agir dès le premier euro dépensé : les assurances privées pour les expatriés.

La couverture proposée par les assurances expatriation

Les assurances privées couvrent les frais médicaux à l’étranger mais également d’autres garanties optionnelles qui peuvent s’avérer utiles. Une telle assurance peut compléter la CFE en couvrant :

  • le rapatriement s’il s’avère nécessaire
  • les frais d’instance lorsque l’assuré a engagé sa responsabilité civile lors d’un sinistre
  • la substitution de revenus en cas d’incapacité ou d’invalidité
  • le versement d’un capital en cas de décès

Si elle est contractuelle, la protection santé peut aussi s’étendre au conjoint et aux enfants.

Certaines polices d’assurance garantissent une avance des frais en cas d’hospitalisation, un service non négligeable dans les zones où la médecine est coûteuse.

De manière générale, la cotisation de ces assurances est calculée selon une grille de tarifs prenant en compte la tranche d’âge, le nombre de personnes, la zone géographique et bien sûr, le niveau de couverture souhaité.

Les modalités de paiement sont également à prendre en compte lors de votre recherche, car certaines compagnies facturent des frais de fractionnement lorsque le paiement est effectué en plusieurs fois.

Quelques conseils avant de souscrire une assurance expatriation

  • Anticiper: Souscrire à une assurance expatrié pour soi et pour sa famille est une décision qui ne doit pas être prise à la légère, et il est important de s’y prendre à l’avance afin de pouvoir réfléchir aux différentes options et souscrire sans hâte.
  • Définir ses besoins: Chaque assurance propose différentes prestations à différents prix. Choisir l’assurance adaptée passe par la définition de ses besoins. L’âge des assurés et le pays d’expatriation sont quelques-unes des questions à se poser.
  •  Comparer: N’hésitez pas à vous renseigner auprès des différents courtiers proposant des assurances expatriation afin d’établir plusieurs devis et faire votre choix une fois toutes les options envisagées. Un tour d’horizon vous aidera à trouver la solution la plus adaptée au prix le plus juste.
  • S’informer: Si des questions persistent, n’hésitez pas à envoyer un email ou même téléphoner à votre courtier. Généralement, une explication de vive voix permet d’éclaircir certains points. De plus, cela permet aussi d’avoir un aperçu de la réactivité du courtier.

En bref, informez-vous bien de toutes les possibilités d’assurance qui s’offrent à vous avant de faire votre choix. Une bonne assurance expatrié permet de partir en toute sérénité et prêt à découvrir toutes les facettes de votre nouvelle vie.

Vous avez encore des doutes et des questions? N’hésitez pas à nous en faire part.

Découvrez nos assurances expatrié !

Les destinations préférées des expatriés

Destination préférées des expatriésChaque année, la banque HSBC publie les résultats de son enquête “Expat Explorer” dont l’objectif est de déterminer les destinations préférées des expatriés et cela en fonction de nombreux critères. En 2013, ce sondage a recueilli l’avis de plus de 7000 expatriés repartis à travers le monde. Voici quelques informations intéressantes :

La Thaïlande, une destination convoitée par les expatriés

Dans le Top 10 des pays où les expatriés se sentent les plus heureux figurent 5 pays asiatiques. Depuis plusieurs années déjà, les pays d’Asie sont particulièrement appréciés pour la qualité de la vie ainsi que la facilité d’intégration qu’ils offrent. Et c’est la Thaïlande qui se hisse en tête du classement. Après avoir été considéré comme le meilleur pays pour y passer sa retraite, le royaume du Siam est devenu le lieu d’accueil privilégié de tous les expatriés. Il est vrai qu’en plus d’un climat clément et de paysages magnifiques, la Thaïlande jouit aussi d’une bonne réputation par le grand pouvoir d’achat qu’elle offre aux étrangers. En outre, ces derniers ne notent aucune difficulté d’intégration particulière ; un bon point qui différencie ce pays par rapport à d’autres comme la Russie ou encore Hong Kong.

Les pays à grand potentiel économique ont aussi la cote

La qualité de vie n’est pas le seul critère de sélection du pays d’expatriation. Les possibilités économiques du pays d’accueil ont également une place importante dans le processus de choix des expatriés. Pour cet aspect qui englobe les revenus du ménage, le pouvoir d’achat et d’épargne ainsi que la stabilité économique du pays de destination, d’autres pays prennent la tête du classement : la Suisse, la Chine et le Qatar se placent dans les trois premiers. En quatrième place, la Thaïlande reste tout de même dans le peloton de tête. Les jeunes expatriés trouvent, quant à eux, leur bonheur dans les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Il est vrai que les grandes entreprises multinationales ont aussi fait confiance à l’expansion économique de ces pays pour accroître leurs activités.

L’Europe pour les familles avec enfants

Le vieux continent reste tout de même une destination rêvée pour ceux qui souhaitent s’expatrier en famille. En effet, quatre pays européens se trouvent dans le top 10 des pays les plus appréciés par les parents pour l’éducation de leurs enfants: l’Allemagne, la France, la Belgique et l’Espagne. Pour HSBC, ce succès vient du fait que ces pays disposent d’une structure de garde particulièrement intéressante offrant une garantie de qualité tout en restant accessible financièrement. La France est également appréciée par les retraités en raison de sa grande diversité culturelle et de son niveau économique. Cependant, elle éprouve toujours des difficultés à se positionner dans le top 10 du classement général des pays préférés par les expatriés.

Avez-vous décidé de vivre dans un autre pays ? N’hésitez pas à partager vos témoignages et nous indiquer dans quel pays vous êtes le plus heureux !

Source : Expat Explorer Survey 2013

Quelques conseils pour déménager à l’étranger

DéménagementS’expatrier à l’autre bout du monde ou dans un pays limitrophe de la France n’exige pas la même planification ni la même logistique. Cependant, dans tous les cas, une bonne organisation s’impose afin de ne rien oublier et de pouvoir s’installer en toute sérénité dans son pays de destination. Les différents problèmes liés à un déménagement international pourront ainsi être évités sans difficulté.

Le transport de vos biens

Le volume, le poids et le choix du transport pour vos biens constituent des points essentiels auxquels il faut accorder une attention particulière dans tout projet de déménagement pour l’étranger. Le volume des objets à emporter et leur composition dépendent étroitement de la durée du séjour ainsi que de l’éloignement géographique du pays d’accueil.

Généralement, il est recommandé de passer par des déménageurs spécialisés. Non seulement ils sauront préparer vos biens pour le voyage, mais ils connaissent les règles douanières spécifiques à chaque pays, ce qui leur permet de vous renseigner sur les démarches à faire et les taxes à payer au moment de l’entrée de vos bagages dans le territoire de destination.

Aspects pratiques du déménagement international et quelques conseils

Pour bien vous préparer, il faut vous informer sur les exigences de la compagnie de déménagement en matière de contenant pour vos bagages. Par exemple : certains déménageurs préfèrent que vos biens, surtout ceux de valeur, soient protégés par des malles métalliques qui ont de surcroît l’avantage d’être faciles à manipuler. Vous pouvez fermer les malles à clé et donner un double des clés à l’entreprise de déménagement. Ceci simplifie le passage en douanes dans certains pays où la réglementation nécessite la vérification des contenus.

Il est souhaitable également que le déménageur inventorie les objets à emporter au cours d’une visite préalable à votre domicile. Vous devrez dans ce cas avoir déjà établi une liste des biens que vous allez prendre avec vous.

Vous devez aussi remplir une « déclaration de valeur » des biens qui vous accompagnent à l’étranger. Celle-ci comporte l’estimation globale de vos bagages ainsi que la valeur individuelle de chaque article. C’est le document de base qui servira pour une demande d’indemnisation en cas de dégradation de votre mobilier au cours du déménagement. Si la valeur des bagages excède la garantie couverte par le contrat, il est prudent de souscrire une assurance dommage complémentaire.

Les meubles en kit sans grande valeur peuvent être laissés en France compte tenu de la difficulté de montage et le risque de casse pendant le transport. De même, il est conseillé de ne pas emporter vos appareils électroménagers si les normes électriques sont incompatibles. Si vous bénéficiez d’un logement tout équipé dans votre pays de destination, seuls les objets à valeur sentimentale et les effets personnels seront à considérer.

En ce qui concerne les biens dont vous n’aurez besoin qu’à votre retour, vous pouvez les laisser à vos proches, parents ou amis, ou les entreposer dans un garde-meuble.

Finalement, si vous êtes envoyé à l’étranger par votre compagnie, il convient de se renseigner auprès de votre employeur des dispositions adoptées par l’entreprise dans le cadre de votre contrat d’expatriation. Il est important de s’informer sur les modalités de prise en charge de la société, le poids et le volume métrique des bagages acceptés ainsi que les procédures pour leur envoi et leur réception à destination.

Le fait que votre employeur travaille déjà avec une entreprise de déménagement international vous évite d’effectuer certaines démarches, notamment celle de devoir trouver un prestataire spécialisé. Il vous reste à vous d’assurer la sécurité de vos biens pendant le transport et de vous enquérir des délais de réception.

Étape essentielle lors d’un départ à l’étranger, le déménagement mérite toute votre attention. Une bonne organisation vous aidera à mieux appréhender votre séjour et votre expatriation.

Et vous ? Souhaitez-vous apporter votre expérience ou donner des conseils relatifs au déménagement à l’étranger ? Vos commentaires sont les bienvenus.