Archives par catégorie : Tout savoir sur l’expatriation

Les destinations préférées des expatriés

Destination préférées des expatriésChaque année, la banque HSBC publie les résultats de son enquête “Expat Explorer” dont l’objectif est de déterminer les destinations préférées des expatriés et cela en fonction de nombreux critères. En 2013, ce sondage a recueilli l’avis de plus de 7000 expatriés repartis à travers le monde. Voici quelques informations intéressantes :

La Thaïlande, une destination convoitée par les expatriés

Dans le Top 10 des pays où les expatriés se sentent les plus heureux figurent 5 pays asiatiques. Depuis plusieurs années déjà, les pays d’Asie sont particulièrement appréciés pour la qualité de la vie ainsi que la facilité d’intégration qu’ils offrent. Et c’est la Thaïlande qui se hisse en tête du classement. Après avoir été considéré comme le meilleur pays pour y passer sa retraite, le royaume du Siam est devenu le lieu d’accueil privilégié de tous les expatriés. Il est vrai qu’en plus d’un climat clément et de paysages magnifiques, la Thaïlande jouit aussi d’une bonne réputation par le grand pouvoir d’achat qu’elle offre aux étrangers. En outre, ces derniers ne notent aucune difficulté d’intégration particulière ; un bon point qui différencie ce pays par rapport à d’autres comme la Russie ou encore Hong Kong.

Les pays à grand potentiel économique ont aussi la cote

La qualité de vie n’est pas le seul critère de sélection du pays d’expatriation. Les possibilités économiques du pays d’accueil ont également une place importante dans le processus de choix des expatriés. Pour cet aspect qui englobe les revenus du ménage, le pouvoir d’achat et d’épargne ainsi que la stabilité économique du pays de destination, d’autres pays prennent la tête du classement : la Suisse, la Chine et le Qatar se placent dans les trois premiers. En quatrième place, la Thaïlande reste tout de même dans le peloton de tête. Les jeunes expatriés trouvent, quant à eux, leur bonheur dans les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Il est vrai que les grandes entreprises multinationales ont aussi fait confiance à l’expansion économique de ces pays pour accroître leurs activités.

L’Europe pour les familles avec enfants

Le vieux continent reste tout de même une destination rêvée pour ceux qui souhaitent s’expatrier en famille. En effet, quatre pays européens se trouvent dans le top 10 des pays les plus appréciés par les parents pour l’éducation de leurs enfants: l’Allemagne, la France, la Belgique et l’Espagne. Pour HSBC, ce succès vient du fait que ces pays disposent d’une structure de garde particulièrement intéressante offrant une garantie de qualité tout en restant accessible financièrement. La France est également appréciée par les retraités en raison de sa grande diversité culturelle et de son niveau économique. Cependant, elle éprouve toujours des difficultés à se positionner dans le top 10 du classement général des pays préférés par les expatriés.

Avez-vous décidé de vivre dans un autre pays ? N’hésitez pas à partager vos témoignages et nous indiquer dans quel pays vous êtes le plus heureux !

Source : Expat Explorer Survey 2013

Quelques conseils pour déménager à l’étranger

DéménagementS’expatrier à l’autre bout du monde ou dans un pays limitrophe de la France n’exige pas la même planification ni la même logistique. Cependant, dans tous les cas, une bonne organisation s’impose afin de ne rien oublier et de pouvoir s’installer en toute sérénité dans son pays de destination. Les différents problèmes liés à un déménagement international pourront ainsi être évités sans difficulté.

Le transport de vos biens

Le volume, le poids et le choix du transport pour vos biens constituent des points essentiels auxquels il faut accorder une attention particulière dans tout projet de déménagement pour l’étranger. Le volume des objets à emporter et leur composition dépendent étroitement de la durée du séjour ainsi que de l’éloignement géographique du pays d’accueil.

Généralement, il est recommandé de passer par des déménageurs spécialisés. Non seulement ils sauront préparer vos biens pour le voyage, mais ils connaissent les règles douanières spécifiques à chaque pays, ce qui leur permet de vous renseigner sur les démarches à faire et les taxes à payer au moment de l’entrée de vos bagages dans le territoire de destination.

Aspects pratiques du déménagement international et quelques conseils

Pour bien vous préparer, il faut vous informer sur les exigences de la compagnie de déménagement en matière de contenant pour vos bagages. Par exemple : certains déménageurs préfèrent que vos biens, surtout ceux de valeur, soient protégés par des malles métalliques qui ont de surcroît l’avantage d’être faciles à manipuler. Vous pouvez fermer les malles à clé et donner un double des clés à l’entreprise de déménagement. Ceci simplifie le passage en douanes dans certains pays où la réglementation nécessite la vérification des contenus.

Il est souhaitable également que le déménageur inventorie les objets à emporter au cours d’une visite préalable à votre domicile. Vous devrez dans ce cas avoir déjà établi une liste des biens que vous allez prendre avec vous.

Vous devez aussi remplir une « déclaration de valeur » des biens qui vous accompagnent à l’étranger. Celle-ci comporte l’estimation globale de vos bagages ainsi que la valeur individuelle de chaque article. C’est le document de base qui servira pour une demande d’indemnisation en cas de dégradation de votre mobilier au cours du déménagement. Si la valeur des bagages excède la garantie couverte par le contrat, il est prudent de souscrire une assurance dommage complémentaire.

Les meubles en kit sans grande valeur peuvent être laissés en France compte tenu de la difficulté de montage et le risque de casse pendant le transport. De même, il est conseillé de ne pas emporter vos appareils électroménagers si les normes électriques sont incompatibles. Si vous bénéficiez d’un logement tout équipé dans votre pays de destination, seuls les objets à valeur sentimentale et les effets personnels seront à considérer.

En ce qui concerne les biens dont vous n’aurez besoin qu’à votre retour, vous pouvez les laisser à vos proches, parents ou amis, ou les entreposer dans un garde-meuble.

Finalement, si vous êtes envoyé à l’étranger par votre compagnie, il convient de se renseigner auprès de votre employeur des dispositions adoptées par l’entreprise dans le cadre de votre contrat d’expatriation. Il est important de s’informer sur les modalités de prise en charge de la société, le poids et le volume métrique des bagages acceptés ainsi que les procédures pour leur envoi et leur réception à destination.

Le fait que votre employeur travaille déjà avec une entreprise de déménagement international vous évite d’effectuer certaines démarches, notamment celle de devoir trouver un prestataire spécialisé. Il vous reste à vous d’assurer la sécurité de vos biens pendant le transport et de vous enquérir des délais de réception.

Étape essentielle lors d’un départ à l’étranger, le déménagement mérite toute votre attention. Une bonne organisation vous aidera à mieux appréhender votre séjour et votre expatriation.

Et vous ? Souhaitez-vous apporter votre expérience ou donner des conseils relatifs au déménagement à l’étranger ? Vos commentaires sont les bienvenus.

Expatriation : 4 sites web à garder dans ses favoris

Orientation pour expatriésLa décision de s’expatrier doit découler d’un certain nombre de raisons, car les changements qui vont s’opérer sur la vie de l’individu et de sa famille sont importants. Avant de prendre une telle décision, mieux vaut être bien informé ! Une fois sur place, c’est également important d’avoir accès à des informations qui facilitent l’adaptation et la vie à l’étranger.

Voici 4 sites à consulter absolument afin de préparer son expatriation et à garder dans ses favoris durant son séjour à l’étranger.

 

La Maison des Français de l’Étranger (MFE) – Site institutionnel de l’expatriation

Le portail de la MFE fournit toutes les informations pratiques ainsi que diverses thématiques concernant l’expatriation dans différents pays. L’annuaire des ambassades et consulats français dans le monde y est également proposé. Un guide de l’expatriation de A à Z est disponible sur ce site ergonomique et facile à consulter.

Le forum du site de la Maison des Français de l’Étranger

Le forum du site de la Maison des Français de l’Étranger vous propose différents thèmes relatifs à l’expatriation. Celui-ci fournit de nombreux témoignages ainsi que des discussions consacrées à un continent ou un pays spécifique.

Expat Blog   – Site communautaire de la vie à l’étranger

Sur la plateforme Expat-Blog.com, vous découvrirez un grand nombre d’articles de blog rédigés par des expatriés. Des actualités et autres discussions concernant différents continents et pays y sont également disponibles. Son forum est une porte d’entrée sur des sujets variés se rapportant à la préparation ou à la réalisation d’une expatriation.

Vie communautaire des Français de l’étranger – UFE et ADFE

Les sites de la ADFE et de la UFE affichent l’actualité de la vie communautaire des expatriés français dans le monde. Vous trouverez également sur ces portails les représentants des Français de l’étranger au Sénat et à l’Assemblée ainsi que leurs coordonnées.

En espérant que les sites ci-dessus vous aideront à préparer votre nouvelle vie à l’étranger et à mieux comprendre les enjeux de l’expatriation, nous vous souhaitons un bon voyage !

Vous connaissez d’autres sites qui pourraient intéresser les expatriés et futurs expatriés ? Vos conseils sont les bienvenus.

Partir à l’étranger avec son animal de compagnie

Chien part en voyageLes animaux de compagnie occupent une place importante dans la vie de bon nombre de personnes qui n’hésitent pas à les emmener dans leurs périples et leur expatriation. Il est fréquent de voir chiens et chats accompagner leurs maîtres et faire partie du voyage. Il faut toutefois savoir que certains pays refusent l’entrée d’animaux étrangers sur leur territoire. D’autres l’autorisent à condition de fournir un certain nombre de documents à préparer au préalable.

Les lois diffèrent d’un pays à un autre

Les législations de chaque nation sont rigides lorsqu’il s’agit de faire entrer des animaux sur leur territoire, notamment après les épidémies de grippe aviaire et porcine de ces dernières décennies. Au sein de l’Union européenne, les animaux domestiques sont soumis à des règles très strictes au niveau des formalités administratives et sanitaires. Elles sont encore plus rigoureuses en Grande-Bretagne, en Suède, et à Malte où les autorités tiennent compte de l’âge et du moyen de transport des animaux.

Si l’expatriation s’effectue en dehors de l’Union européenne, prenez contact avec l’ambassade de France du pays de destination avant le départ. Elle vous communiquera les renseignements utiles.

S’il existe d’éventuels transits au cours de l’expatriation, informez-vous également sur la législation des pays d’escale.

Formalité pour le transport d’animaux de compagnie

Il est interdit d’expatrier plus de cinq animaux de compagnie à l’intérieur de l’Union européenne, mais cette règle peut être différente dans d’autres pays. Un certificat d’exportation peut être exigé ainsi qu’une mise en quarantaine. Afin d’identifier l’animal, les puces électroniques sont généralement obligatoires bien que, dans certains États, les tatouages d’identification suffisent.

Le passeport est également exigé pour tout déplacement au sein ou en dehors de l’UE. Il est délivré par un vétérinaire agréé. Ce document certifie la bonne santé de l’animal et la validité de ses vaccins antirabiques.

Qu’en est-il de la vaccination ?

La vaccination est obligatoire pour des raisons de sécurité sanitaire. Il convient de procéder à une immunisation contre la rage dont le délai de validité est de un an. Celle-ci est considérée comme conforme si elle a été effectuée au moins 21 jours avant le départ. Il est donc conseillé de vacciner les animaux quelques semaines avant le voyage.

Les États de l’Union européenne comme la Finlande, le Royaume-Uni ou Malte demandent, en plus de la vaccination, un prélèvement sanguin afin de vérifier les anticorps antirabiques des animaux qui, en outre, doivent suivre un traitement contre les maladies infectieuses, notamment l’échinococcose, et les parasites comme les tiques.

Les autorités compétentes de chaque pays de destination sont en droit de renvoyer, de mettre en quarantaine ou d’euthanasier l’animal qui ne respecte pas les clauses sanitaires.

Ce qu’il faut savoir sur l’assurance des animaux

C’est toujours une bonne idée de souscrire l’animal de compagnie à une assurance afin de se prémunir contre d’éventuels problèmes. Certes, une police peut coûter cher, mais elle lui assure la protection et la sécurité nécessaires à son déplacement. Si celui-ci dépasse les cinq kilos, il doit voyager dans la soute, qui est loin d’être confortable, et pourrait se blesser.

Si vous êtes abonné à une mutuelle pour furet, chien ou chat, les examens faits par le vétérinaire sont souvent remboursés par la société d’assurance.

Ne vous séparez surtout pas du carnet de santé au cours de votre séjour à l’étranger, il jouera en votre faveur dans le cas d’une consultation auprès du vétérinaire local.

En résumé pour s’expatrier avec son animal de compagnie, il faut faire très attention à la législation du pays d’expatriation, faire toutes les démarches nécessaires avec anticipation et s’assurer que l’animal est en parfait état de santé et de préférence, couvert par une assurance.

Les phases de l’expatriation : les comprendre pour mieux s’adapter

EmoticonsS’expatrier, c’est vivre une expérience où vous êtes confronté à une culture, un environnement et un mode de vie différents de ceux de votre pays d’origine. Selon la théorie lancée par Black et Mendenhall en 1990 et intitulée « U-curve adjustement theory », l’expatrié passe par quatre phases distinctes pendant son séjour à l’étranger.

La durée de chaque période dépend essentiellement de la personne et de ses facultés à s’adapter à sa nouvelle situation. Lumière sur les différentes phases d’une expatriation.

La phase « lune de miel » ou « spectateur »

Cette première étape est placée sous le signe de la découverte et de l’émerveillement, d’où son nom. L’expatrié n’est que superficiellement en contact avec la culture du pays d’accueil. Il voit uniquement les différents aspects positifs de sa migration. En effet, sa destination se dévoile petit à petit, ce qui laisse de la place à l’imagination et au rêve. Mais au fur et à mesure que le temps passe, la réalité s’impose et devient moins idyllique.

La phase de crise dans l’expatriation

Cette étape est également appelée « choc culturel ». Il s’agit d’un sentiment créé par l’anxiété et la désorientation d’un individu plongé dans un environnement différent de celui de ses origines. Outre le fait de devoir s’adapter à un nouveau travail, l’expatrié se rend compte du contraste entre la culture de son pays et celle de sa contrée de destination. Cela génère chez lui un doute quant à ses capacités d’adaptation, ce qui lui fait adopter une certaine attitude négative. Même des problèmes mineurs peuvent devenir des sources d’agacement et de frustration. L’humeur de la personne s’en ressent et sa sociabilité en est affectée, ce qui peut créer un cercle vicieux.

La phase d’adaptation et de réglage

L’expatrié arrive par la suite dans une phase d’adaptation. Il essaie de déchiffrer les comportements et attitudes du pays étranger afin de chercher à se les approprier à son tour. Concrètement, il s’agit d’une période d’acculturation où l’individu commence à accepter les changements apportés par l’expatriation dans sa vie. Il modifie ses comportements à mesure qu’il comprend la culture de son pays d’accueil. Sans aller jusqu’à renier sa culture d’origine, l’expatrié s’ouvre sur celle de sa destination et s’efforce de vivre de la même manière que les habitants.

La phase de « maitrise » ou de « maturité »

Après une période plus ou moins longue d’adaptation, l’expatrié s’est acclimaté à sa vie dans son nouvel environnement. De plus, son intégration dans le monde professionnel lui permet d’adopter une attitude positive face à son entourage. Il essaie de tirer les points positifs de son expérience et s’ouvre de plus en plus à l’extérieur. Il se sent à l’aise et, ayant davantage confiance en lui et en ses capacités, n’hésite pas à s’imprégner de la culture locale.

Cette étude, réalisée par l’Université de Berkeley (page en anglais) fait ressortir que ces différentes phases de l’expatriation constituent des cycles. Il est donc possible qu’aussitôt rentré chez vous après une longue période d’absence, vous ressentiez également ces sensations. On appelle cela le choc culturel inverse.

Sur le plan professionnel, le soutien des collègues et de la hiérarchie réduit le temps d’adaptation. Une bonne préparation pour le nouveau poste ainsi que la définition du rôle de l’expatrié constituent des signaux forts qui favorisent son acclimatation. Enfin, il faut souligner que la sensibilité culturelle d’une personne ainsi que sa capacité à s’automotiver représentent des points clés qui facilitent son intégration dans son nouveau pays.

Vous souhaitez partager votre expérience et apporter des conseils pour mieux vivre ces différentes phases de l’expatriation ? Nous vous invitons à laisser votre commentaire au bas de cet article.