Archives par catégorie : Conseils pour les voyageurs

Peut-on être un voyageur connecté ?

Voyager connectéRester connecté en voyage relève pratiquement de l’évidence pour les globe-trotters. Avec les performances actuelles des appareils multimédias et la présence étendue d’Internet, il devient facile de garder le contact avec ses proches. Comment faire la part des choses et mieux orienter son choix face à la profusion des outils multimédia en voyage ?

 

Le téléphone

Pur produit des récentes innovations technologiques, le téléphone portable, et notamment le smartphone, s’invite de plus en plus dans les sacs des voyageurs. Pourtant, les vacances sont faites pour décompresser et se détendre, parfois, laisser son téléphone à la maison constitue la meilleure façon d’apprécier le moment présent.

Dans certains pays moins développés, la vue de votre appareil peut inciter les voleurs à vous détrousser, voire même à vous blesser pour s’emparer de l’appareil. Par ailleurs, le coût d’un appel ou de la navigation avec une carte française peut rapidement alourdir votre budget, sans oublier que l’appareil se décharge facilement et qu’il n’est pas toujours facile de trouver de l’électricité en pleine nature.

D’un autre côté, grâce au développement de diverses applications, le smartphone permet de communiquer avec ses proches à moindre coût et sans beaucoup de difficulté. Il comprend bien souvent un GPS, fort utile pour ne pas se perdre, sans oublier les fonctionnalités donnant la possibilité de réserver sa chambre d’hôtel ou de trouver un bon restaurant.

Dans la plupart des grandes villes, en particulier dans les hôtels, les restaurants et de nombreux espaces publics, se trouvent des bornes WiFi gratuites. Le smartphone permet alors de lire ses mails ou encore d’écouter sa musique préférée, sans avoir à s’encombrer d’un lecteur MP3. De même, il peut remplacer l’appareil photo en prenant des clichés de bonne résolution qu’il est possible de poster sur les réseaux sociaux.

Si vous vous décidez à emporter un téléphone en voyage, vous pouvez, pour réduire les risques de vol tout en restant joignable pour la famille et les amis, investir dans un téléphone basique en utilisant une puce activée avec le forfait le moins cher, qui coûte généralement quelques euros. La batterie de ce type d’appareil peut durer plusieurs jours, et avec un numéro français, vous pouvez aussi réaliser des achats en ligne.

Si vous séjournez quelque temps dans un pays, il est intéressant de vous procurer une carte SIM d’un opérateur local si les tarifs d’appels vers la France vous semblent attractifs. Ce choix vous évitera bien des soucis en cas de perte de l’appareil.

L’ordinateur

L’ordinateur est un véritable compagnon au quotidien. D’après les sondages effectués par Crucial.fr en 2013, presque la moitié des vacanciers sont munis de leur appareil pendant leur voyage. Pourtant, l’ordinateur, même portable, pèse relativement lourd et il nécessite des accessoires comme le chargeur et éventuellement une souris. Cet objet de valeur risque également d’attirer la convoitise des malfaiteurs.

À cause de sa taille et de sa valeur, vous serez tenté de ne pas le laisser à l’hôtel et de l’emmener partout avec vous, réduisant ainsi votre mobilité. Par ailleurs, les vacances doivent vous permettre de vous déconnecter de votre train-train quotidien. C’est loin d’être le cas avec l’ordinateur qui vous relie avec votre travail et tout le stress qui l’accompagne.

Enfin, vous aurez sûrement besoin d’une assurance spécifique pour votre appareil, car il est rare que l’assurance voyage classique l’intègre dans sa couverture.

Malgré ces différentes contraintes, les travailleurs ont besoin de leur ordinateur, qui contient leurs données professionnelles, même dans leur déplacement au bout du monde. Pour les vacanciers, cet outil permet aussi de gérer, de stocker et de trier les photos souvenirs. Il arrive également que les connexions dans les cybercafés soient de mauvaise qualité, ce qui peut finalement vous coûter cher si vous choisissez de laisser votre ordinateur à la maison.

Si l’ordinateur vous semble réellement indispensable, l’idéal serait d’opter pour un portable léger et doté d’une grande autonomie afin d’éviter les fréquentes recharges. Certains modèles actuels pèsent moins d’un kilogramme. Il est, bien entendu, plus judicieux de privilégier ceux dont les options sont les plus utiles pour votre voyage.

Quid des autres accessoires multimédias ?

L’appareil photo : un voyage sans photos n’est-il pas similaire à un désert sans soleil ? C’est l’appareil multimédia indispensable pour les personnes qui aiment garder un souvenir impérissable de leur séjour. Il importe cependant de se munir d’un appareil performant, peu encombrant et discret pour éviter qu’il n’attire l’attention de personnes mal intentionnées.

Le lecteur MP3 est particulièrement utile dans les vols de type long-courrier, pour meubler les attentes dans les aéroports ou pour passer le temps lors de longs déplacements en autocar ou en train. Véritable discothèque ambulante, il rassemble toutes vos chansons préférées et vous permet de vous détendre où que vous soyez.

La tablette tactile permet au baroudeur en voyage de consulter les guides touristiques qu’il aura préalablement téléchargés sur son appareil multimédia. Elle est par ailleurs très légère et permet d’accéder à sa messagerie.

Partir à l’autre bout du monde pendant un certain temps nécessite de rester connecté en voyage. Chaque voyageur a des besoins spécifiques dont il doit tenir compte avant de se munir d’un smartphone, d’une tablette tactile, d’un ordinateur portable ou de tout autre accessoire. Le site d’ACS vous donne les meilleurs conseils pratiques pour éviter le vol et optimiser le choix de vos appareils multimédia en voyage.

 

L’eau en voyage

Eau en voyageIl n’est pas toujours évident de trouver de l’eau de bonne qualité au cours d’un déplacement au bout du monde ou dans un pays inconnu. À défaut d’être sûr de sa pureté, la meilleure solution consiste à la purifier.

Les mesures de précaution à prendre

L’eau est un élément vital pour le corps humain. Cependant, boire une eau d’une propreté douteuse représente un danger pour la santé du voyageur, notamment à cause de la présence éventuelle de bactéries, de parasites ou de virus. Les risques de maladies sont réels si vous buvez de l’eau non potable : de la simple « tourista », qui est très connue des vacanciers, jusqu’à la fièvre typhoïde, en passant par la simple diarrhée, le choléra ou encore les hépatites A et E.

Afin d’éviter ces désagréments, soyez vigilants en buvant toujours de l’eau minérale en bouteille non ouverte ou qui a été décapsulée devant vous. Évitez de goûter aux jus de fruits faits maison ainsi qu’aux glaçons si vous n’avez aucune assurance sur la qualité de l’eau utilisée pour leur fabrication. Il en est de même pour les crudités, les légumes et les fruits non pelés qui peuvent avoir été lavés avec une eau non potable.

Comment rendre l’eau potable ?

Il existe différentes techniques pour purifier l’eau en voyage ou en randonnée.

  • Par ébullition : Sachez que le temps nécessaire pour porter l’eau à ébullition augmente avec l’altitude : s’il est de moins d’une minute au niveau de la mer, il faut compter plusieurs minutes pour atteindre sa température d’ébullition à une altitude de 4 500 mètres. Laissez décanter l’eau pendant quelques heures avant de la faire bouillir afin de permettre aux substances en suspension de se déposer au fond du récipient. En dehors du réchaud, prévoyez une bouteille ou un thermos propre pour transvaser le liquide bouilli.
     
    Le principal avantage de cette méthode est qu’elle tue tous les micro-organismes, les virus et les bactéries. Elle est par ailleurs assez pratique pour les randonneurs qui sont souvent équipés de réchaud. Enfin, l’eau recueillie de cette façon permet de faire la cuisine sans crainte. Cependant, cette méthode nécessite un certain temps et l’eau obtenue, d’un goût assez fade, ne peut pas être bue tout de suite car elle est chaude.
  • Par purification chimique : cette technique utilise des composants chimiques (comme l’eau de Javel, le chlore ou l’iode) pour obtenir de l’eau potable. Prévoyez deux récipients, le premier servira à effectuer la désinfection et le second à recueillir l’eau traitée. Souvent présentés sous forme de pastilles, les purificateurs chimiques sont à ajouter à l’eau dans les proportions prescrites par les fabricants. Après avoir transvasé le précieux liquide dans le second contenant, il faut laisser reposer entre 15 minutes et 2 heures, selon le produit utilisé, avant de le boire.
     
    Les purificateurs chimiques ont l’avantage d’être peu onéreux, légers et peu encombrants. Ils sont d’une grande efficacité car une seule pastille permet de purifier plusieurs litres d’eau. D’autre part, ils éliminent presque tous les virus et les bactéries. Seulement, ils donnent un mauvais goût à l’eau et ne sont efficaces que si celle-ci est suffisamment claire et à une certaine température. Il faut également attendre pour pouvoir utiliser l’eau obtenue. De plus, recourir régulièrement à cette technique risque d’endommager la flore intestinale. Enfin, elle ne convient pas aux femmes enceintes ni aux individus souffrant de maladies glandulaires ou sanguines.
  • Par filtration : le passage de l’eau à travers un filtre permet d’éliminer les organismes et les particules qu’elle renferme. À cartouche ou à membrane, en céramique ou en fibre de verre, mécaniques ou associés à d’autres traitements chimiques, les filtres possèdent diverses tailles de pores pour répondre aux besoins spécifiques des utilisateurs. Il faut verser l’eau à travers la membrane pour la recueillir dans un récipient propre.
     
    Cette méthode est assez rapide, car elle permet de purifier une grande quantité d’eau en quelques minutes. Les filtres aux pores microscopiques éliminent une grande partie des micro-organismes et des bactéries et vous pouvez boire l’eau immédiatement après l’opération. Cependant, le prix du matériel est relativement élevé et il faut nettoyer fréquemment les filtres pour éviter qu’ils ne se bouchent. Enfin, tous les virus ne sont pas éliminés, les plus petits peuvent traverser le filtre.
  • Par rayonnement ultraviolet : un dispositif est plongé dans le récipient contenant l’eau à purifier. Le rayonnement ultraviolet émis va neutraliser les micro-organismes et les empêcher de se reproduire. Il suffit ensuite d’agiter le liquide quelques minutes et l’eau est prête à la consommation.
     
    Rapide et pratique, cette technique est très efficace, car elle tue la quasi-totalité des organismes nocifs. Souvent présenté sous forme de stylo, le dispositif est peu encombrant. Cependant, il nécessite des piles et coûte assez cher. Il est par ailleurs relativement fragile tout en étant inefficace face aux polluants chimiques.

Quelques conseils pour purifier l’eau en voyage

  • Il est conseillé de garder en réserve une solution de rechange au cas où votre appareil de purification se trouve hors d’usage.
  •  Veillez rigoureusement à votre hygiène en vous changeant régulièrement et en utilisant à chaque fois du linge propre.
  • Dès l’apparition des premiers symptômes d’une maladie causée par une eau non potable, consultez immédiatement un médecin. Lavez-vous également les mains avec de l’eau potable ou un désinfectant liquide pour ne pas contaminer vos proches et l’environnement. Pour partir l’esprit tranquille, souscrivez à une assurance voyage qui prendre en charge, si besoin, vos affection liées à des intoxications.

Élément vital pour l’être humain, l’eau devient encore plus précieuse lorsque vous voyagez. Plusieurs méthodes sont disponibles pour vous permettre de la purifier et d’éviter les risques de maladies. Découvrez sur le site d’ACS toute une série de conseils pour voyager sans crainte. Que pensez-vous de ces méthodes ? Connaissez-vous d’autres techniques pour purifier l’eau en voyage ?

Comment ménager son corps en voyage ?

Ménager son corps en voyage

Qui veut aller loin ne doit pas seulement ménager sa monture, mais bien plus encore : son corps. La prise de certaines précautions simples qui relèvent presque du bon sens permet de rester en pleine forme et d’entretenir une bonne résistance physique, même pendant les longs voyages.

 

 

Attention aux zones sensibles

Certaines parties de notre corps sont plus sensibles que d’autres aux efforts liés au voyage :

  • Le dos est une zone très sollicitée, notamment en voyage. Rester assis pendant un certain temps mais aussi porter votre sac à dos et souvent dormir dans des lits assez inconfortables peut mettre votre dos à rude épreuve. Quelques jours avant votre départ, préparez votre corps en faisant des exercices simples pour muscler votre dos et votre épaule. Voici un exemple d’exercice facile à réaliser : debout face à une chaise, courbez le dos et essayez de le garder droit pour saisir le dossier, de vos deux mains. Décollez une main et laissez-la en l’air puis reposez-la sur le dossier et alternez. Cet exercice permet de renforcer tous les muscles de votre dos.
     
    Une bonne sélection du matériel et des accessoires de voyage offre un gain de confort tout en préservant votre dos. Choisissez un sac à dos doté de bretelles perforées et rembourrées avec une ceinture réglable qui répartira le poids de vos affaires entre vos hanches et votre dos. De préférence, optez pour un sac à dos moulé à votre morphologie, qui vous offre une meilleure cambrure et qui protège votre dos. Mettez les objets les plus lourds au fond du sac pour que celui-ci soit près de votre dos.
  • 10 kilomètres à pieds … ça use autant les pieds que les souliers. Il est donc indispensable de choisir des chaussures confortables, ni trop serrées, ni trop grandes, ni trop petites. Vous devez vous sentir à l’aise à l’intérieur, idéalement, elles doivent être « respirantes » car vos pieds vont transpirer pendant la journée. Si vous voyagez dans les pays tropicaux, prévoyez des chaussures ouvertes dans vos bagages. N’oubliez pas vos chaussures de randonnée qui vous seront utiles pour les longues marches. La légèreté doit constituer, avec le confort, un critère de sélection principal.
  • La peau est exposée en permanence à de multiples agressions pendant un voyage. Protégez-vous du soleil en portant des lunettes de soleil, un chapeau ou une casquette, ainsi qu’un T-shirt ou un paréo, notamment aux heures où la chaleur est à son apogée. Pour une protection optimale, n’oubliez pas d’enduire votre peau d’une crème avec un écran total d’indice supérieur à 15.
     
    Dès que la température baisse, enfilez une écharpe ou un petit gilet pour vous protéger du froid. Les piqûres de moustiques représentent souvent une véritable calamité en voyage.  En plus de vous irriter, elles peuvent vous rendre malade. Heureusement il existe du spray, des bracelets antimoustiques, des crèmes, des gels, des laits répulsifs ou encore des diffuseurs électriques qui rentrent aisément dans un sac à dos et sont efficaces pour éloigner les moustiques et autres insectes. Dans les pays tropicaux, privilégiez les hôtels dont les chambres sont équipées de moustiquaires. Certains produits peuvent vous soulager en cas de piqûre, demandez conseil à votre pharmacien avant de partir.

Ces petits accessoires qui nous sont indispensables

Il existe des accessoires très utiles pendant un voyage, autant ne pas les oublier !

  • Pour pouvoir dormir tranquillement durant votre voyage en train ou en autocar, portez un bandeau pour vous couvrir les yeux. Les compagnies aériennes vous proposent gracieusement un masque si vous prenez l’avion. Les bouchons d’oreilles sont également indispensables pour ne pas entendre les bruits extérieurs et vous permettre de trouver rapidement le sommeil.
  •  Munissez-vous d’un coussin repose-tête qui peut se comprimer afin de ne pas prendre trop de place dans un sac. En prévision des nuits fraîches, n’oubliez pas de glisser dans vos bagages un châle, une petite couverture ou un plaid. Le keffieh est également très utile, car il permet à la gent féminine de se couvrir la tête et les épaules au cours des voyages dans les pays musulmans, tout en servant de cache-poussière pour les excursions dans les déserts.
  • Si vous avez des problèmes de dos, n’oubliez pas d’emporter une ceinture ou un rouleau lombaire en mousse pour soulager les douleurs. Enfin, il ne faut pas omettre la trousse de pharmacie d’urgence.

Privilégiez le confort

  • Pendant les vols, le fait d’être assis ne permet pas à votre sang de circuler normalement, ce qui risque d’engendrer des douleurs. Levez-vous régulièrement pour faire quelques pas dans le couloir et faites quelques exercices d’étirement. Comme la pressurisation de la cabine dessèche l’air, buvez beaucoup d’eau. De ce fait, vous ferez « d’une pierre deux coups » car vous irez souvent aux toilettes, ce qui permettra en même temps de vous dégourdir les jambes.
     
    Choisissez des sièges inclinables qui vous permettent de vous étirer sur place. Ceux qui sont situés à côté des issues de secours offrent le maximum de place, même en classe économique. Pour moins ressentir les turbulences, placez-vous au niveau des ailes de l’appareil.
  • Si vous prenez le train, évitez le mal des transports en choisissant un siège tourné dans le sens de la marche. Calez-vous bien au fond pour ne pas trop ressentir les accélérations et décélérations. N’hésitez pas à déambuler dans le couloir si vous sentez vos jambes s’alourdir.
  • Si vous conduisez une voiture, réglez les commandes pour ne pas fatiguer vos bras et raidir vos muscles. Il faut bien vous positionner face au volant, et si nécessaire, utiliser un coussin de positionnement ou un soutien lombaire afin de garder toujours le dos droit. Il existe également des coussins de massage qui détendent votre dos pendant que vous conduisez. Prévoyez des pauses de 15 à 20 minutes toutes les deux heures pour vous dégourdir les jambes, étirer vos bras et soulager vos épaules et votre cou.

Lorsqu’ils voyagent, les voyageurs pensent souvent à tout sauf au bien-être de leur corps. Il est pourtant notre « outil » principal et, en suivant ces conseils, votre organisme ne souffrira pas trop durant le trajet et le séjour. Malgré tout, personne n’est jamais à l’abri d’un bobo et il est important de couvrir ses arrières en souscrivant une assurance voyage. Vous trouverez sur le site d’ACS de précieuses autres informations pour partir dans les meilleures conditions. Et vous, avez-vous déjà songé à prendre ces précautions ou avez-vous d’autres conseils pour ménager le corps pendant un voyage ?

10 astuces pour éviter les vols en vacances

Eviter les vols en voyageLes touristes sont les cibles préférées des pickpockets, qui peuvent en quelques secondes ruiner et même mettre fin à vos vacances. Ces petits conseils vous permettront de vous protéger d’un éventuel vol.  Averti, vous serez plus confiant et ce risque ne vous semblera plus si terrible et, si malheureusement il survient, il ne parviendra pas à gâcher toutes vos vacances.

 

5 astuces pour prévenir le vol d’argent, de papiers et d’objets de valeur

  • Évitez de mettre votre argent au même endroit : le porte-monnaie est l’une des cibles prioritaires des pickpockets. Il vaut mieux répartir votre argent dans différents endroits. Si vous vous faites voler, vous pouvez être certain d’avoir encore du liquide avec vous. L’utilisation d’une ceinture secrète ou cache-billet vous permet de garder votre passeport, votre argent et votre carte bancaire à l’abri des voleurs. Dans la mesure du possible, gardez le minimum d’argent sur vous, quitte à réaliser de fréquentes opérations de change.
  • Prévoyez un petit sac pour garder vos objets de valeur : le sac doit être assez petit pour pouvoir vous suivre partout, que ce soit aux toilettes, ou pendant les trajets. Vous le choisirez d’une couleur discrète afin de ne pas attirer l’attention des personnes mal intentionnées. Les objets de valeur tels que les bijoux sont à proscrire pendant les voyages. Même les appareils photo, les caméras ou les ordinateurs portables doivent être le plus possible tenus éloignés des regards. Dans tous les cas, veillez à les placer au fond de votre sac à dos afin de les rendre inaccessibles.
  • Surveillez constamment vos bagages : lorsque vous voyagez, il arrive que certains de vos bagages soient placés dans une soute ou un porte-bagage. Choisissez un emplacement où vous pouvez garder un contact visuel ou, si c’est difficile, avoir au moins la possibilité d’y accéder aisément pour les vérifier.  De cette façon, vous pouvez réagir au plus vite si quelqu’un tente de voler votre sac à dos, par exemple.
  • Sécurisez votre sac de voyage : il existe sur le marché plusieurs moyens de sécuriser vos bagages et d’éviter le vol en vacances. Le plus connu est certainement le cadenas. Si vous voyagez aux États-Unis, vous devez opter pour un cadenas à code TSA. Il permet aux agents de sécurité américains de procéder aux vérifications d’usage sans endommager le cadenas ou vos bagages lors de l’usage d’outils spéciaux. Vous pouvez également utiliser le Pacsafe qui est un dispositif couvrant tout le sac à dos et qui s’avère très efficace. À défaut, la housse de pluie possède un bon effet dissuasif puisqu’il empêche le voleur d’accéder directement à votre sac ou à ses poches. Dans le même esprit, la chaîne associée au cadenas constitue un rempart solide, même si elle n’est pas très discrète.
  • Gardez une ou plusieurs copies de vos papiers importants : avant votre départ, faites des photocopies de votre passeport et de vos documents importants. Par précaution, répartissez plusieurs exemplaires dans vos bagages et envoyez des copies dans votre boîte mail ou sur une plateforme cloud.

2 astuces en cas d’agression

  • Ne pas résister : faire le héros et risquer des coups de couteau ou se faire tabasser pour quelques euros est une mauvaise option. Comme vous aurez pris la précaution de répartir votre argent, le voleur repartira avec un maigre butin. Il faut comprendre qu’être victime d’un pickpocket en voyage est moins grave que d’être hospitalisé ou de subir des interventions chirurgicales suite à une agression. Sans parler du coût que cela représenterait, cela signifierait surtout la fin de vos vacances.
  • Donner au voleur un leurre : personne ne souhaite être victime d’un vol en vacances. Pourtant, le fait d’avoir préparé un portefeuille avec de la monnaie locale et quelques euros peut vous permettre de sauvegarder le reste de votre argent.

3 astuces sur le comportement à adopter

  • Ne pas avoir l’air d’un touriste : le touriste est la principale cible d’un voleur à la tire. Vous devez éviter de sortir avec une carte ou un guide. N’oubliez pas de vous renseigner sur les endroits dangereux ou mal famés de la ville à travers le site du ministère des Affaires étrangères, les blogs des voyageurs sur le web ou directement auprès de la population locale. Ne soyez pas trop voyant quand vous sortez. Si vous devez sortir un objet de valeur comme une caméra ou un appareil photo en public, cachez-le une fois que vous l’avez utilisé. De même, placez toujours votre téléphone dans votre poche et privilégiez les écouteurs aux casques audio.
  • Ne montrez pas votre peur : plus vous paraissez faible, plus le voleur s’en prendra à vous. Dans la rue, marchez droit et d’un pas ferme. Adoptez une démarche décidée, montrez que vous avez confiance en vous. Un éventuel pickpocket y réfléchira à deux fois avant de vous voler s’il vous sent en pleine confiance. Ne faites pas attention aux agressions verbales et autres provocations. Évitez aussi de critiquer le régime ou les coutumes du pays que vous visitez.  Dans le même ordre d’idées, il est conseillé de respecter les codes vestimentaires spécifiques à certaines contrées.
  • Faites preuve de vigilance : ne vous laissez pas distraire. Ne vous éloignez pas dans les endroits peu fréquentés et ne prenez que les moyens de locomotion « sûrs », notamment la nuit. Sans aller jusqu’à la paranoïa, ne faites pas confiance au premier venu. À l’hôtel, confinez vos documents importants et votre argent dans le coffre-fort de votre chambre. À défaut, utilisez celui de la réception. Sinon, enfermez vos objets de valeur dans votre valise avec un cadenas.

Ces petits trucs feront de vous une personne avertie et « un homme averti en vaut deux », c’est bien connu.  Cependant, plus que des astuces, ce sont des réflexes qu’il convient d’assimiler, vous en avez d’ailleurs peut-être d’autres à partager ?

Pourquoi laisser partir son enfant avec ses grands-parents ?

Petits enfants et grands parentsComme le dit si bien l’adage, les voyages forment la jeunesse. Autoriser votre enfant à voyager avec ses grands-parents constitue une alternative intéressante si vous ne pouvez pas l’accompagner. Il suffira simplement de prendre quelques précautions pour que ces vacances soient enrichissantes pour les deux générations et qu’elles leur donnent ainsi l’envie de recommencer.

Quels sont les avantages de partir en vacances avec Papy et Mamie ?

D’après un sondage effectué par Familiscope, un tiers des enfants français ont passé leurs vacances auprès de leurs grands-parents en 2013. Les raisons qui les ont poussés à faire ce choix sont nombreuses. À l’opposé des parents, les grands-parents disposent de temps qu’ils peuvent consacrer à leurs petits-enfants. Ils sont en mesure de passer la journée avec eux sans contrainte horaire et sans emploi du temps précis. Cette disponibilité leur offre une grande liberté d’action et permet aux enfants de toujours disposer d’interlocuteurs attentifs.

Passer des vacances loin des parents génère également un sentiment d’indépendance chez les enfants. Cette relative autonomie apporte un équilibre dans leur développement et les aide à couper, petit à petit, le cordon ombilical qui les relie à leurs parents.

Pour les petits, voyager avec les grands-parents est plus rassurant et représente une ouverture sur un monde nouveau. Faire les emplettes au marché avec Mamie, aller pêcher ou jouer à la pétanque avec Papy, constituent autant d’expériences aussi intéressantes qu’authentiques. Cette escapade leur permet de gagner en maturité puisqu’ils devront s’adapter à de nouvelles habitudes alimentaires ou à des horaires de réveil, de sieste ou de coucher différents.

De plus, le fait de partir avec des personnes familières permet à votre enfant d’être rapidement à l’aise. De cette façon, les vacances peuvent durer plus longtemps, même si un séjour de huit à dix jours est l’idéal pour un enfant de 5 ans.

Comment faire de ce voyage une réussite ?

- Si votre enfant part à l’étranger avec vos parents, vous devez vous assurer de la validité de son passeport, de la date de délivrance de celui-ci ainsi que des exigences du pays d’accueil en ce qui concerne le visa. Même si l’autorisation de sortie du territoire a été supprimée en 2013, il est souvent utile d’écrire une lettre autorisant vos parents à partir avec votre enfant.

- Pour que le voyage se déroule dans les meilleures conditions, il est important de souscrire une assurance voyage pour votre enfant. Non seulement cette couverture vous conférera une plus grande sérénité d’esprit, mais elle s’avérera d’un grand secours en cas d’éventuels soucis pendant le trajet.

- Préparez avec soin les valises de votre progéniture. Les vêtements et les effets personnels doivent s’adapter au climat et à la durée du séjour. N’oubliez surtout pas le carnet de santé et, si nécessaire, les médicaments avec l’ordonnance du médecin, ils doivent être à portée de main durant tout le voyage.

- Il est important de bien informer les grands-parents sur les habitudes alimentaires de votre enfant, sur ses allergies éventuelles, sur la posologie des médicaments, … sans être trop exigeant avec eux, car, souvenez-vous, ils ont été parents avant vous !

- Enfin, vous devez préparer votre enfant à la séparation, surtout s’il est encore très jeune. Parlez de cette période comme d’une fête, d’une occasion de réjouissance et de se faire plaisir, essayez de lui faire comprendre à quel point il va s’amuser, se faire de nouveaux amis ou découvrir un environnement particulier. Pour maintenir le lien, n’oubliez pas d’ajouter que vous penserez énormément à lui pendant son absence et qu’il aura beaucoup de choses à vous raconter à son retour.

Grands-parents : comment entretenir la joie et la motivation des enfants ?

Voyager avec ses petits enfants est une réelle source de plaisir mais cela peut aussi soulever quelques difficultés. Pour éviter d’entendre : « je n’aime pas », « il fait trop chaud », « je m’ennuie » et autres phrases du même genre, il est recommandé d’établir un itinéraire en fonction des envies, des goûts de chacun et de l’âge de vos protégés. Si vous leur demandez de planifier le voyage avec vous, ce sera une occasion pour eux de s’investir dans ce projet tout en s’amusant à faire des recherches comme les grands.

Pour que le voyage se déroule dans les meilleures conditions, vous devez prévoir des distractions adaptées à l’âge de chacun. Les petits préféreront les livres de lecture, les chansons et les jeux tandis que les adolescents opteront pour leur lecteur de musique et leurs jeux vidéo.

Le voyage peut également servir à enrichir les connaissances des enfants si vous leur proposez des petits quizz, des devinettes ou des bricolages sur l’histoire, la géologie, les monuments célèbres et les traditions du pays visité. Vous pouvez demander aux parents des idées sur les centres d’intérêt de leurs enfants pour faciliter cette étape.

Que ce soit pendant les haltes ou à destination, laissez vos petits-enfants appeler leurs parents. Ces derniers seront ravis d’entendre leurs bouts de chou leur raconter leurs découvertes et leur émerveillement durant le voyage.

Véritable bain de jouvence pour les grands-parents, le voyage avec les petits-enfants constitue en même temps une opportunité de découverte et de développement de l’autonomie pour les jeunes. Sur notre site, d’autres conseils sont disponibles pour parfaire les vacances intergénérationnelles ou les voyages avec les enfants.

Et vous, avez-vous déjà songé à inciter vos enfants à partir en vacances avec leurs grands-parents ?