Archives par catégorie : Conseils pour les voyageurs

Quel est le rôle d’une ambassade pour un voyageur ?

Ambassade pour un voyageurQue ce soit dans le cadre d’une expatriation, d’un voyage d’affaires ou d’agrément, le voyageur peut être appelé à se mettre en relation avec l’ambassade ou le consulat de son pays d’origine. Concrètement, quel est le rôle joué par cette institution auprès des concitoyens qui se trouvent en dehors du sol français ?

Qu’est-ce qu’une ambassade ?

L’ambassade exerce un rôle principalement diplomatique, c’est-à-dire qu’elle représente le gouvernement, notamment le Chef d’État, d’un pays auprès des autorités du pays où elle est établie. En tant qu’intermédiaire entre les deux parties, l’ambassade fait passer les messages des deux côtés et participe au maintien et au développement de la relation bilatérale. Cette institution informe également son gouvernement des réalités et des actualités du pays d’accueil. Enfin, l’ambassade réalise la promotion de son pays, que ce soit sur le plan économique, culturel ou scientifique.

De son côté, le consulat est chargé de l’administration publique de son pays. Dans ce cadre, il assure un rôle de protecteur et de défenseur de ses ressortissants et de leurs biens, qu’ils résident ou soient seulement de passage dans le pays d’accueil. Le consulat embrasse donc une mission d’assistance administrative auprès de ses ressortissants.

Donc, en résumé, l’ambassade s’occupe des relations d’État à État tandis que le consulat est chargé de celles qui s’établissent entre un pays et ses ressortissants. Quant à la représentation, il s’agit généralement d’une mission permanente accréditée auprès d’organisations internationales. À titre d’exemple, la France dispose d’un représentant permanent auprès de l’Union africaine à Addis-Abeba et d’un autre à l’OTAN à Bruxelles.

Le rôle d’une ambassade pour un voyageur

Même avec une préparation minutieuse, un voyage n’est jamais totalement à l’abri d’imprévus en tous genres. Les vols sont malheureusement fréquents et vos objets de valeur ou même vos papiers d’identité peuvent ainsi disparaître. L’ambassade, pour les expatriés, tient dans ce cas un rôle essentiel, plus précisément le service consulaire de la représentation diplomatique. Après avoir déclaré la perte ou le vol de votre passeport à la police locale, vous devez en informer le consulat et suivre les procédures requises.

L’ambassade est en mesure de vous fournir un laissez-passer pour vous permettre de rentrer en France ou un passeport d’urgence si vous devez vous rendre dans un autre pays. Il est également possible de renouveler votre passeport sur place si vous y restez suffisamment longtemps. Quelquefois, le coût de cette opération est même moindre qu’en France.

Si vous tombez malade pendant vos vacances, le consulat de France peut vous recommander un médecin ou une liste de médecins spécialistes francophones agréés. De même, si vous êtes victime d’un accident durant votre séjour, le consulat est en mesure de contacter votre famille et de discuter avec elle des mesures à prendre comme celle de vous hospitaliser sur place ou de vous rapatrier. Cette institution offre également de précieux conseils aux familles quant aux formalités à effectuer en cas de décès du voyageur. Enfin, si vous êtes arrêté par la police locale, le consulat peut vous aider à trouver un avocat tout en informant votre famille.

Le rôle d’une ambassade pour un expatrié

D’après le registre mondial des Français établis hors de France, le nombre de Français installés en dehors de l’Hexagone est de 1 642 953 individus au 31 décembre 2013. L’ambassade de France, pour un expatrié, est importante à plus d’un titre :

  • En cas de crise grave ou de catastrophe naturelle, c’est elle qui regroupe tous ses ressortissants et qui les évacue si nécessaire
  • L’inscription à l’ambassade permet à vos enfants de bénéficier de bourses d’études dans les établissements scolaires français locaux
  • Le consul possède les fonctions d’officier d’état civil. Il est par conséquent habilité à recevoir les déclarations de naissance ou de décès des Français de sa circonscription et même du mariage civil de ressortissants français.
  • L’ambassade sert de lieu de vote durant les élections
  • Elle organise des activités culturelles et quelquefois des cours de langue locale pour faciliter l’intégration. C’est généralement le lieu de rencontre des ressortissants français qui peuvent y bénéficier de conseils sur différents sujets. La presse francophone y est également disponible. 

Prenez vos précautions

L’ambassade n’est nullement une agence de voyages. Elle ne sert donc pas à vous conseiller des activités à faire dans telle région ou des restaurants recommandés dans telle localité. Elle est là pour les cas d’urgence et pour essayer d’apporter son assistance en cas de besoin. Elle ne peut pas vous donner de l’argent si vous avez perdu votre portefeuille ou payer les honoraires de l’avocat si vous êtes en délicatesse avec la justice locale. De même, les frais de consultation du médecin ou d’hospitalisation restent à votre charge si vous tombez malade.

Il est donc prudent de souscrire une assurance voyage ou une assurance expatriation pour prévenir ce genre de situation. De cette façon, vous partirez l’esprit tranquille et pourrez ainsi profiter pleinement de votre séjour.

Que ce soit pour vos vacances ou pour une expatriation de longue durée, les missions diplomatiques françaises réparties sur les cinq continents vous seront d’une grande utilité. Si les cas d’urgence sont essentiellement de leur ressort, les ambassades et consulats représentent souvent un pan de la France dont la présence réchauffe le cœur de ceux qui se trouvent à l’étranger. Sur le site d’ACS, vous avez accès à toutes les informations nécessaires pour vivre une expatriation enrichissante en évitant au maximum les déconvenues.

Gagner de l’argent en voyageant : les petits boulots

Jobs en voyage Partir en voyage à l’étranger n’est pas toujours à la portée de tous, compte tenu du budget qu’il faut prévoir. Pour passer quelque temps sous les tropiques et se faire un peu d’argent, voici quelques idées de jobs de voyage.

Ils vous permettront d’accroitre vos revenus et de pouvoir profiter pleinement de votre séjour.

Voyageurs et touristes

En tant que touriste, vous ne pouvez pas travailler durant votre voyage. Il existe cependant divers moyens pour gagner de l’argent en voyage et prolonger de cette façon le plaisir de la découverte.

Vous pouvez travailler en ligne pour une entreprise française, d’autant plus qu’aucune réglementation n’exige que le télétravail soit effectué sur le sol français. Vous devez tout simplement avoir avec vous votre ordinateur portable et disposer d’une connexion Internet.

Ceux qui ont du talent pour l’écriture peuvent rédiger des articles pour des collectifs de voyageurs. La vue des monts enneigés du Fuji Yama, de la mer turquoise des Seychelles ou de la jungle amazonienne sera une belle source d’inspiration.

Vous avez également la possibilité de mettre un blog en ligne. Vous pouvez y parler de votre voyage, des produits artisanaux sur place ou d’un autre sujet qui vous passionne. Cette immersion au sein de la population vous permet en même temps de mieux connaitre la culture locale.

Il existe de nombreuses autres pistes à explorer en fonction de vos compétences. Vous pouvez par exemple proposer des cours de français en ligne ou encore faire de la traduction sur les sites touristiques ou même traduire en français les menus et autres signalétiques.

Pour économiser sur le budget de la nourriture et du logement, il est possible de faire du bénévolat sur place. Cela vous permettra d’aider la population locale et de donner du sens à votre voyage. Vous pouvez dans ce cas œuvrer au sein d’organisations locales qui vous proposent le gîte et le couvert en contrepartie de votre volontariat.

Le Volontariat International en Entreprise (VIE), le Volontariat International en Administration (VIA) ainsi que le Service de Volontariat Européen (SVE) offrent également des opportunités de travail à l’étranger. Il s’agit cependant de postes sédentaires ne permettant pas de parcourir un pays et qui, de plus, sont réservés à une certaine tranche d’âge.

En PVT

Le PVT ou Programme Vacances Travail a le vent en poupe ces derniers temps. Cette formule vous permet de parcourir un pays et de travailler quelque temps pour subvenir à vos besoins. Vous devez toutefois répondre à certaines conditions, notamment en ce qui concerne l’âge et les ressources dont vous disposez au départ.

Le wwoofing est une manière écologique d’associer vacances et travail. Ce mot dérive du sigle WWOOF ou World Wide Opportunities on Oganic Farms. Le principe est simple, vous allez travailler dans une ferme biologique affiliée à l’organisation WWOOF où vous êtes hébergé et nourri en échange de votre contribution.

Il peut s’agir de l’entretien du jardin, de la tonte des moutons ou de la récolte du maïs. Attention, les accidents dans les fermes agricoles sont loin d’être rares. C’est pourquoi il est important de souscrire une assurance voyage avant de partir.

Le concept HelpX vous permet également de bénéficier d’un hébergement et de repas gratuits contre un travail d’environ 4 heures par jour. Selon votre pays de destination, vous séjournez chez des particuliers, dans des auberges de jeunesse, des ranchs, des fermes, des voiliers, des Bed and Breakfasts, des lodges ou des petites auberges.

Le réseau actuel de HelpX s’étend en Australie, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande, au Canada, en Europe et dans d’autres pays du monde.

Enfin, pour gagner un peu d’argent pendant votre voyage, il existe également l’alternative de travailler au sein des restaurants ou des hôtels sur place. En effet, pendant la haute saison, ceux-ci ont souvent besoin de main d’œuvre dont vous pourrez faire partie si vous répondez aux exigences de l’employeur.

Statuts spécifiques

Si vous souhaitez découvrir les vertes collines d’Irlande, devenir jeune fille ou jeune homme au pair peut être la solution idéale. De cette façon, vous pourrez à la fois enrichir votre vocabulaire, améliorer votre accent, vivre avec une famille britannique et gagnez un petit salaire.

Le fait de choisir cette option pour partir aux États-Unis vous permet par ailleurs de solliciter une extension de votre visa de 4 semaines à la fin de votre séjour pour parcourir le pays. Bien sûr, cette solution de job en voyage peut se réaliser dans beaucoup d’autres destinations intéressantes aussi bien en Europe qu’en Australie, en Asie ou dans les pays du Golf.

Il ne faut pas non plus oublier le système d’emploi pour les étudiants qui offre de réelles perspectives d’associer travail et détente. Cependant, il est utile de savoir qu’il est relativement plus facile d’obtenir un job de ce type au sein de l’Union européenne.

La jeunesse est une réelle opportunité pour découvrir le monde. Pouvoir étancher sa soif de découverte tout en gagnant de l’argent pendant son voyage constitue une excellente alternative.

Quel que soit le travail que vous souhaitez effectuer sur place, il est important de souscrire une assurance qui vous couvrira en cas d’accident. Le site d’ACS vous propose de choisir efficacement la formule d’assurance voyage la mieux adaptée à votre profil.

Que faire lorsqu’on ne comprend pas la langue locale ?

Que faire lorsque on ne comprend pas la langue localePartir vers des destinations exotiques est le souhait de beaucoup de voyageurs. Cependant, ne pas comprendre la langue locale peut rapidement devenir une barrière entre vous et la population et constituer un handicap vous empêchant d’apprécier pleinement le pays visité. Voici quelques petites astuces pour vous permettre de franchir ce mur d’incompréhension et faciliter ainsi votre séjour.

 

 

 L’anglais n’est pas la meilleure solution

À moins de ne choisir que des destinations francophones ou être polyglotte, vous allez devoir communiquer avec la population dans une langue que vous connaissez peu ou pas du tout. L’anglais vous sera utile si vous partez pour les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou dans un autre pays anglophone.

Cependant, dans de nombreuses régions du monde, l’anglais ne vous sera d’aucune utilité, notamment hors des grandes agglomérations. La langue de Shakespeare n’est pas votre langue natale ni celle de la population locale qui la maîtrise souvent mal, notamment dans les pays d’Amérique latine. Vous pourrez difficilement tenir une conversation en anglais avec un natif du coin pour vous enquérir d’une direction, d’une coutume locale ou connaître les vertus d’une plante. De plus, le fait de chercher à dialoguer en anglais peut être mal perçu et apparaître comme un manque de volonté de votre part de vous adapter à la culture du pays.

Petites astuces pour communiquer sans être polyglotte

Ne pas comprendre la langue locale ne doit pas constituer un obstacle à votre désir d’évasion et à votre envie d’exotisme. Avant de partir, prenez la peine d’apprendre les rudiments de la langue de votre pays de destination. Savoir dire « bonjour », « merci », « au revoir », « combien ça coûte », « oui », « non », constitue déjà un bon départ pour communiquer avec la population. Si vous pouvez également connaître quelques chiffres et formules de politesse, vous disposez alors d’un bon capital de confiance qu’il vous faudra simplement faire fructifier.

L’idéal serait de pouvoir mémoriser quelques phrases courtes et adaptées à des situations basiques. Essayez dans la mesure du possible d’aller à l’essentiel et assurez-vous que votre interlocuteur a bien compris ce que vous lui demandez. De même, reformulez la réponse que vous obtenez afin d’être certain de votre compréhension. Si nécessaire, mimez la situation ou l’objet que vous sollicitez. Par exemple, au restaurant, si le menu est écrit dans le dialecte local, faites le beuglement de la vache si vous souhaitez commander un steak ou le geste du pêcheur si vous avez envie d’un poisson. Cela amusera certainement le serveur et créera une bonne ambiance autour de vous.

Certaines applications de voyage sur Smartphone permettent également de traduire des mots ou des phrases. Cependant, la traduction pourrait ne pas être parfaite. De toute façon, vous pouvez toujours utiliser vos mains ou faire un dessin pour vous faire comprendre. Il existe par ailleurs des pictogrammes, universellement connus, que vous pouvez montrer à votre interlocuteur. Enfin, emportez avec vous une petite calculatrice pour faciliter l’échange à propos des prix.

Être ouvert d’esprit et ne pas être pressé

Loin d’être un obstacle qui limite les échanges entre le voyageur et la population locale, la différence de langues peut être résolue de différentes manières. Au-delà des mots, votre interlocuteur appréciera vos efforts si vous tentez de vous exprimer dans sa langue natale. Même si vous faites une faute, il ne vous en tiendra pas rigueur. Au contraire, cette situation cocasse permet quelquefois de briser la glace et peut se terminer par un fou rire si vous dites quelque chose d’incongru dans la langue locale.

Misez à fond sur le langage corporel qui divertira probablement votre interlocuteur tout en l’aidant à comprendre votre message. Votre attitude ainsi que votre ouverture d’esprit à la culture du pays peuvent certainement vous aider à attirer la sympathie des habitants.

Autant que la découverte de nouveaux paysages, le voyage est également une opportunité de s’ouvrir à une culture qui vous est encore totalement inconnue. Ne pas parler la langue locale ne doit pas constituer un obstacle car il existe de nombreuses manières de communiquer.

Quelques conseils de sécurité pour fermer sa maison avant une longue absence

Fermer sa maison pour une longue absence

Pour concilier sécurité de la maison et voyage, il est nécessaire de prendre quelques précautions de bon sens. Du risque d’incendie au dégât des eaux, en passant par le cambriolage, de nombreux dangers guettent votre habitation pendant votre absence.

À faire dans la maison…

  1. Coupez l’arrivée d’eau pour éloigner tout risque de rupture de canalisation, notamment en hiver quand il gèle. Faites-en de même pour le gaz afin d’éviter qu’une éventuelle fuite ne déclenche un incendie.
  2. Débranchez tous vos appareils électriques comme le téléviseur, le four, le grille-pain, l’ordinateur ou la chaîne hi-fi. Vous économiserez de l’argent en allégeant votre facture d’électricité, car ces appareils consomment de l’énergie tant qu’ils restent branchés, tout en évitant les accidents lors d’orage par exemple.
  3. Videz complètement votre réfrigérateur et votre congélateur avant de les débrancher afin de ne pas risquer d’y trouver des aliments avariés à votre retour.
  4. Installez un système qui simulera une présence à l’intérieur de la maison. Ce dispositif pourra relever les volets des fenêtres en début de journée et les descendre en soirée. Il est également possible de le programmer pour allumer des lampes dans certaines pièces à la nuit tombée. À défaut, il existe dans le commerce des ampoules spéciales équipées d’une minuterie qui s’allument et s’éteignent à heures fixes, avec un décalage de 30 minutes. Certains dispositifs de sécurité peuvent également être gérés à distance si vous êtes un voyageur connecté.
  5. Pensez à faire garder votre animal dans un centre ou une entreprise spécialisée. Sinon, vous pouvez l’emmener avec vous s’il est bien vacciné et si la législation de votre pays de destination vous permet de voyager avec votre animal de compagnie.
  6. Vérifiez que les portes et fenêtres de votre maison sont toutes bien verrouillées. Cela ne vous prendra que quelques minutes, alors qu’un petit oubli peut vous coûter cher à votre retour.
  7. N’oubliez pas d’activer l’alarme de votre maison si elle en est équipée. Les technologies actuelles permettent de commander à distance les systèmes de sécurité et de surveillance. Vous pouvez le faire dans la voiture, pendant votre trajet vers l’aéroport si le temps ne vous permet pas de vous attarder.

    … et à faire à l’extérieur

  8. Ne laissez pas le double de la clé sous votre paillasson. Donnez-le à un ami ou à une personne de confiance qui pourra venir régulièrement s’occuper de votre maison pour l’aérer, arroser les plantes ou enlever votre courrier de votre boîte aux lettres. Si vous laissez votre voiture, donnez-lui également la clé de celle-ci pour qu’il puisse la démarrer de temps en temps pour faire chauffer le moteur et la déplacer en cas de besoin.
  9. Prévenez votre compagnie d’assurance si vous quittez votre domicile pour une durée supérieure à trente jours. Indiquez le nom et les coordonnées de la personne qui veille sur votre maison. En cas d’incident grave, elle pourra prendre les mesures nécessaires en attendant votre retour.
  10. Ne signalez jamais sur le web que vous partez en vacances et n’indiquez jamais la durée de votre absence. Vos amis seront bien sûr contents de regarder vos photos en maillot de bain sur la plage de Copacabana lors de votre PVT au Brésil, mais vous renseignez par la même occasion les voleurs sur votre absence et ils pourraient en profiter pour cambrioler votre domicile.
  11. Faites également attention à votre répondeur téléphonique. Ne laissez aucun message qui sous-entend que vous êtes parti au bout du monde. Par ailleurs, il est désormais possible de consulter à distance les messages reçus afin de pouvoir répondre aux appels importants ou urgents.
  12. Informez le commissariat de police le plus proche de votre domicile des dates de votre départ et de retour. En effet, pendant les périodes de vacances, les services de police effectuent des rondes aux alentours des maisons inoccupées. Avec ce service gratuit, il devient inutile d’activer le dispositif d’allumage et d’extinction des lumières ou alors il faut en expliquer le fonctionnement aux agents. En effet, les policiers risquent de croire à une intrusion s’ils voient de la lumière chez vous alors que vous avez signalé votre absence.

Que ce soit pour de longues vacances ou pour le travail, partir un certain temps à l’étranger exige de bien sécuriser sa maison avant le départ. En effet, le risque d’incendie, d’inondation et surtout de vol augmente dès que le propriétaire des lieux est absent.

Outre ces précautions, il est recommandé de souscrire une assurance habitation pour pouvoir partir l’esprit tranquille.

Si vous êtes encore étudiant et que vous devez vous absenter pendant une longue période, ACS vous donne accès aux meilleures offres d’assurance habitation. L’assurance habitation pour les étudiants est une formule spécifique qui les couvre s’ils comptent effectuer un stage ou travailler pendant quelque temps à l’étranger.

Entrer aux USA, en Australie et au Canada – Formalités

Formalités USA Australie Canada
Il est courant de débourser une certaine somme pour pouvoir entrer sur le territoire des États-Unis et de l’Australie. Le Canada vient d’emboîter le pas à ces pays anglophones et, à partir d’avril 2015, chaque voyageur devra s’acquitter d’une taxe pour obtenir l’autorisation d’entrée au Canada.

 

 

Pour les USA

Qu’il s’agisse de partir travailler à l’étranger, d’y étudier grâce à une bourse d’études ou de réaliser un stage de quelques mois, les États-Unis figurent parmi les destinations les plus appréciées.

Cependant, l’entrée sur le territoire américain nécessite quelques formalités, et il convient de préparer son voyage avec soin. Si la durée du séjour dépasse 90 jours, le visa est obligatoire. Si ce n’est pas le cas, le voyageur en est dispensé dans le cadre du Programme d’Exemption de Visa (PEV) ou Visa Waiwer Program.

Il devra quand même faire une demande d’autorisation électronique de voyage (ESTA ou Electronic System for Travel Authorization). Il s’agit d’un formulaire à remplir en ligne, destiné aux ressortissants des pays bénéficiaires du Programme d’Exemption de Visa dont le passeport reste valide au moins 6 mois après la fin du séjour envisagé. Cette démarche est à effectuer bien avant le départ et notamment avant d’acheter un billet d’avion, car sans l’ESTA États-Unis, les frontières de ce pays vous seront fermées.

Depuis le 8 septembre 2010, il faut débourser la somme de 4 dollars par demande d’autorisation, plus 10 dollars de frais si la demande d’autorisation de voyage est accordée. Le paiement se fait par carte bancaire Visa, MasterCard, Discover ou American Express. Il est conseillé de bien vérifier la validité de sa carte avant de soumettre sa demande.

Pour l’Australie

Partir à l’aventure dans le bush australien est accessible à tous, à condition de bien se préparer, financièrement, matériellement et administrativement. Les touristes qui souhaitent visiter le pays des kangourous doivent solliciter une autorisation électronique appelée Electronic Travel Authority (ETA). Cette demande en ligne est destinée aux séjours touristiques dont la durée ne dépasse pas trois mois et concerne pour le moment les ressortissants des pays suivants : États-Unis, Japon, Canada, Corée du Sud, Brunei, Malaisie, Hong Kong et Singapour.

Quant aux citoyens européens, ils doivent passer par un intermédiaire comme peuvent l’être les compagnies aériennes, les agences de voyages ou les agents d’immigration pour obtenir le visa ETA. S’ils souhaitent se passer de ces intermédiaires, ils peuvent demander un visa eVisitor.

Que ce soit le visa ETA ou le visa eVisitor, chaque document est valable un an après sa délivrance pour un séjour n’excédant pas 3 mois en Australie. Le visa ETA est individuel, c’est-à-dire que chaque membre d’une même famille doit posséder ce fameux sésame, même l’enfant de moins de 18 ans déclaré sur le passeport d’un de ses parents.

Le montant du visa ETA est de 20 dollars australiens. La demande d’autorisation doit être effectuée hors du sol australien, idéalement 2 semaines avant le départ. Ceux qui souhaitent effectuer une formation ou des études dont la durée n’excède pas 3 mois peuvent également bénéficier de cette formule.

Pour le Canada

À l’instar des États-Unis et de l’Australie, le Canada prévoit également d’obliger les voyageurs qui souhaitent fouler son sol à être en possession d’une Autorisation de voyage électronique (AVE). Ce système entrera en vigueur au mois d’avril 2015. Comme pour ses homologues américains et australiens, le formulaire en ligne d’AVE permettra d’obtenir son visa d’entrée en quelques minutes. En cas de refus, le voyageur sera également informé rapidement.

Cette taxe pour l’entrée au Canada coûtera au touriste 7 dollars canadiens, soit environ 5 euros. Il est recommandé d’entreprendre cette démarche plusieurs jours avant le départ et avant d’avoir acheté son billet d’avion.

Précautions

Les États-Unis, le Canada et l’Australie constituent des destinations idéales pour de longues vacances en famille, en amoureux ou entre amis. Afin de simplifier les démarches nécessaires pour obtenir le visa d’entrée sur leur territoire, de nombreux sites internet proposent de réaliser ces formalités à votre place, moyennant finances. Faites preuve d’une grande vigilance, car quelquefois, les prestataires facturent leurs services à un prix relativement élevé. Il est même possible que certaines agences vous délivrent de fausses autorisations. Il est donc préférable de passer par le site officiel de l’immigration ou de l’ambassade du pays de destination afin d’éviter toute mauvaise surprise.

De par leurs paysages grandioses, la richesse de leur culture et le dépaysement qu’ils offrent, les États-Unis, le Canada et l’Australie attirent des millions de touristes chaque année. Il faut pourtant savoir que les formalités d’entrée dans ces pays sont devenues plus contraignantes et que l’une des étapes incontournables pour concrétiser tout projet de voyage est la demande d’autorisation d’entrée dans ces pays. Les formalités peuvent être réalisées en ligne que ce soit pour l’ESTA États-Unis, l’ETA Australie ou l’AVE Canada. Cette démarche permet d’obtenir une réponse immédiate, vous donnant ensuite la possibilité d’organiser plus sereinement votre voyage. Sur ACS, découvrez tous les conseils pratiques, les informations administratives et les formules d’assurance voyage qui vous aideront à réussir vos voyages hors de l’Hexagone.