Archives par catégorie : Conseils pour les voyageurs

Voyager seul autour du monde : les bons réflexes

Voyager seul autour du mondePartir seul autour du monde, un rêve qu’on est nombreux à avoir dans un coin de la tête. Voyager seul sans compagnon d’aventure peut rebuter, mais c’est aussi un formidable moyen d’aller à la rencontre de soi et des autres. Voici quelques avantages à larguer les amarres en solo et des conseils pour s’organiser.

Partir seul autour du monde, ça parait fou, et pourtant, quelle aventure ! On se prouve des choses, on gagne en confiance, on fait des belles rencontres. Qu’on fasse des erreurs ou des choses dont on est très fier, on ne le doit qu’à soi-même. Et ça, c’est vraiment épanouissant.

Vous redoutez de vous retrouver seul en voyage ? Dites-vous bien que quand on voyage en solo, on n’est jamais complètement seul, tous les voyageurs solos en témoignent. Au contraire on est naturellement tourné vers l’autre, attentif, et à l’écoute de son environnement. Et les rencontres se font naturellement, des amitiés se nouent avec d’autres voyageurs et les habitants.
Vous n’avez de compte à rendre à personne. Quand vous êtes à deux ou plusieurs, vous devez faire en fonction des envies des autres. Tout seul vous avez la liberté d’aller où bon vous semble, quand vous le souhaitez, visiter ou manger ce que vous aimez. Et être parfois un peu égoïste, ça fait du bien.
Il est aussi plus facile de budgéter ses activités puisque vous pouvez faire selon vos envies et priorités. C’est vous qui décidez !
Alors voici quelques trucs qui vous faciliteront la vie et le voyage :

  • Préparez soigneusement votre sac en amont. Cela semble une évidence, mais il est parfois bon de se le rappeler. Ne vous chargez pas trop ! Vous n’aurez personne avec qui équilibrer la charge, et 15 ou 20 kg à transporter continuellement peuvent rapidement devenir… un poids.
  • Scannez tous vos documents importants : passeport, papiers, cartes de crédit, permis de conduire, billets de transport, attestation d’assurance, etc. Le meilleur moyen pour les avoir à portée de main en permanence est de les conserver dans sa boite mail.
  • Il est utile d’avoir une photocopie de son passeport toujours sur soi. Vous pouvez apprendre son numéro par cœur aussi, ça ne mange pas de pain :)
  • Notez-vous tous les numéros importants : opposition aux cartes bleues, la banque, l’assurance, la compagnie aérienne pour changer des billets. Recherchez et sauvegardez aussi le numéro de l’ambassade du pays où vous vous trouvez. Si vous en avez besoin, elle saura vous diriger vers les services compétents et vous pourra vous donner des indications précieuses.
    Signalez-vous sur Ariane, le service du ministère des Affaires étrangères, afin que les services consulaires soient au courant de vos déplacements.
  • Penchez-vous sur la question de l’assurance. Si vous partez plus de 3 mois, vous ne bénéficierez plus de la couverture éventuelle de votre carte bleue. Souscrivez une assurance voyage qui assure, qui couvre les frais médicaux, l’hospitalisation et le rapatriement.
  • N’oubliez pas la trousse à pharmacie adaptée aux petits bobos du quotidien, et éventuellement aux pays que vous allez traverser. Dans tous les cas vous vous serez fait vacciner avant le départ ! 

En route maintenant, et bon voyage !

Conseils de prévention des maladies dans les pays tropicaux

Précautions pour les pays tropicauxVous partez en voyage de noces dans un pays tropical pendant 3 semaines ? Félicitations ! Pour que votre séjour reste un moment inoubliable et que vous ayez autre chose à instagrammer que les toilettes de tout le pays, il y a quelques règles à observer avant et pendant le séjour.

En voyage dans un pays tropical, vous avez entre 15 et 70 % de risque de tomber malade. Pour des pathologies la plupart du temps sans gravité rassurez-vous, mais qui peuvent tout de même gâcher le plaisir. Concentrons-nous sur les deux principaux facteurs de risque, qui sont ce que vous ingérez (eau et alimentation), et les insectes vecteurs de virus.

Les risques liés à l’alimentation et à l’eau

Ces jus de fruits vendus sur le bord de la route sont bien tentants, mais il va vous falloir y renoncer. Pourquoi ? Parce que vous ne savez pas dans quelles conditions les fruits ont été préparés, ni avec quelle eau ils ont été rincés. S’ils contiennent des glaçons, c’est pire ! Une eau souillée est en effet le vecteur de bactéries et virus fort peu sympathiques : les amibes, le choléra, la typhoïde… on continue ? ☺ Plus concrètement l’ennemi n°1 du voyageur, c’est la turista. Cette diarrhée plus ou moins aiguë qui affecte 1 personne sur 2 sur un séjour de 3 semaines est pourtant évitable en respectant quelques règles d’hygiène :

  • se laver les mains (avec de l’eau non souillée, ou un gel hydro-alcoolique) systématiquement avant les repas et après les besoins naturels ;
  • éviter, voir proscrire, les fruits et légumes crus ou qui n’auront pas été pelés par vos soins ; les glaces et glaçons ; les aliments insuffisamment cuits ; les plats très épicés si vous n’avez pas l’habitude. Ce sont les règles pour profiter de la cuisine locale !
  • boire de l’eau en bouteille (débouchée devant vous) ou de l’eau purifiée à l’aide de produit de désinfection. Vous aurez pris soin de prévoir le temps d’action du produit, qui varie de 15 mn à 2 h.

Si malgré ces précautions les premiers symptômes bien connus se font sentir, il faut absolument boire beaucoup pour se réhydrater. Des liquides sucrés et salés, et de l’eau potable il va sans dire.

Les risques liés aux moustiques et autres bestioles

L’autre agrément des voyages exotiques, ce sont les bébêtes dont on se passerait bien, au premier rang desquels se trouvent les moustiques. Ces derniers sont potentiellement vecteurs de maladies virales et parasitaires à prendre très au sérieux : le paludisme, la fièvre jaune, la dengue ou encore le chikungunya. En fonction des régions où vous vous rendez, le risque réel que vous encourez varie : vous serez bien plus exposé dans la forêt et dans les zones isolées qu’en ville. Pour vous en prémunir, le plan d’attaque comprend 3 phases : avant, pendant et après le voyage.

Avant le départ, sortez votre carnet de vaccination et faites le point sur les maladies et risques de votre pays de destination. Vous pouvez consulter les fiches par pays de la Cimed. Dans certains pays, la vaccination préalable est obligatoire, notamment contre la fièvre jaune. D’autres vaccins sont parfois fortement recommandés : diphtérie, tétanos, poliomyélite… 
Sur avis médical vous pouvez aussi suivre un traitement préventif contre le paludisme qui vous accompagnera avant le départ et pendant le séjour.

Sur place, utilisez sur le corps des produits répulsifs contre les moustiques. Et en cas de forte exposition, portez des vêtements couvrants enduits de répulsifs, sans oublier la moustiquaire imprégnée la nuit ! Et continuez votre traitement si vous en avez un.

Comme le chantaient les Inconnus, les insectes sont nos amis, à quelques exceptions près toutefois ! On se passerait par exemple de le rencontre avec certaines tiques, que vous êtes susceptible de croiser en zone rurale ou dans la forêt. Contre les tiques, la meilleure prévention reste d’être habillé de vêtements couvrants, et de s’examiner minutieusement après une sortie. En randonnée ou bivouac, méfiez-vous des chaussures et vêtements posés par terre : les scorpions et les araignées adorent ce genre de recoins ! Evitez également de marcher pieds nus dans des eaux douces et sur les plages.

Au retour, en cas de fièvre il vous faut consulter en urgence en précisant les conditions auxquelles vous avez été exposé.

Que mettre dans votre trousse à pharmacie en plus de votre prescription médicale éventuelle ? Un antalgique, un anti diarrhéique, un répulsif à moustiques, un thermomètre (on a parfois la sensation d’avoir de la fièvre alors qu’il fait juste très chaud) une pince à épiler (contre les tiques), de la crème solaire, un produit de désinfection pour l’eau, du sérum physiologique, tout traitement médical que vous suivez.

Enfin une assurance voyage couvrant les frais médicaux et le rapatriement en cas de pépin est plus que recommandée, car mieux vaut prévenir que guérir… Et bon voyage !

Guide pour téléphoner à l’étranger

Téléphoner à l'étrangerVoyager permet souvent de se déconnecter de son quotidien mais cela ne signifie pas pour autant se couper du monde et de ses proches. Même à l’étranger, il existe quelques astuces pour parvenir à communiquer avec eux sans nuire à l’équilibre de votre budget.

Garder son téléphone

Pour téléphoner en voyage, vous pouvez vous servir de l’appareil que vous utilisez au quotidien en France ou acheter un vieux téléphone bas de gamme pour moins de 30 € et facile à remplacer en cas de perte. Assurez-vous tout simplement auprès de votre opérateur que votre téléphone portable puisse fonctionner à l’étranger. Si nécessaire, faites le débloquer et demandez d’activer l’option internationale au plus tard 48 heures avant votre départ.

Conserver sa carte SIM

Vous pouvez garder votre carte SIM française pour appeler vos proches depuis le Brésil, l’Irlande ou encore le Japon. Vous pouvez de cette façon conserver un forfait français et continuer à recevoir et émettre des appels et des messages dans votre pays d’accueil. De plus, les textos de confirmation de certaines transactions en ligne continueront à vous parvenir directement, ce qui est très pratique pour acheter votre billet d‘avion par exemple. Par ailleurs, certains opérateurs proposent des tarifs spéciaux à l’attention des voyageurs, comme l’option Monde.

Il faut noter que cette solution est surtout intéressante pour ceux qui voyagent fréquemment car elle nécessite une durée minimale d’engagement de votre part. Vérifiez également auprès de votre opérateur les tarifs des appels depuis l’étranger avant de prendre une décision, car généralement, le coût des communications de ce type revient très cher.

Acheter une carte SIM locale

Vous pouvez opter pour l’achat d’une carte SIM une fois arrivé sur place. Très facile à trouver, elle est bon marché et vous pouvez recharger votre crédit régulièrement. Cette solution présente l’avantage de vous faire bénéficier du tarif local lorsque vous passez vos appels. Si vous voyagez à plusieurs, vous pouvez contacter vos compagnons de voyage ou vos amis sur place à moindre coût. Cette puce vous permet de maîtriser vos dépenses et de ne pas vous soucier de votre facture téléphonique à votre retour en France.

En ce qui concerne les appels vers l’étranger, renseignez-vous sur les tarifs appliqués qui varient énormément en fonction de l’opérateur et du pays. À titre d’exemple, la minute de l’appel vers la France depuis la Thaïlande est très abordable. Par contre, si vous pensez appeler votre famille depuis le Kenya pour leur raconter votre dernier safari, comptez jusqu’à 10 € pour 3 minutes de communication.

Enfin, il est bon de savoir que si l’achat d’une carte SIM peut être intéressant pour téléphoner en voyage, il est réglementé dans certaines régions et peut être soumis à la détention d’un passeport et d’une adresse dans le pays.

Utiliser un téléphone fixe

En voyage, vous pouvez également utiliser le téléphone fixe pour appeler la France.

Cartes téléphoniques

Les cartes téléphoniques ont souvent l’avantage de pouvoir être utilisées sur tous les types de téléphones fixes, même les cabines. Elles proposent également un tarif intéressant en ce qui concerne les appels internationaux, ce qui permet de préserver votre budget. Très pratiques, elles sont disponibles un peu partout.

Le principal inconvénient de cette solution est l’obligation de passer par un numéro pour obtenir votre correspondant international. Si vous maîtrisez mal l’anglais, vous allez avoir des difficultés pour suivre les instructions qui sont généralement dispensées en langue locale en plus de la langue de Shakespeare. Dans certains cas, les frais sont débités à la connexion, ce qui est préjudiciable si vous passez des appels courts, mais fréquents.

Cabines

Disponibles un peu partout dans le monde, les cabines publiques simplifient la communication avec votre pays d’origine. Elles sont par ailleurs faciles à utiliser puisqu’il suffit de quelques pièces, d’une carte téléphonique prépayée ou d’une carte bancaire pour parler avec vos amis ou votre famille.

Cependant, dans de nombreux pays, le succès de la téléphonie mobile a entraîné le recul des cabines téléphoniques qui sont laissées à l’abandon ou ne fonctionnent plus. Vous devez quelquefois faire plusieurs kilomètres, voire aller dans la ville voisine, pour en trouver une en bon état de marche.

Les taxiphones

Dans certains pays, notamment en Afrique, les taxiphones permettent d’appeler localement et de téléphoner à l’étranger. Il s’agit de petites échoppes qui disposent de plusieurs postes (un par opérateur) afin de bénéficier de tarifs intéressants. Demandez toujours le prix de la minute de communication avant d’appeler, pour éviter toute surfacturation.

Tarifs

En ce qui concerne les tarifs des communications par téléphone fixe, ils dépendent fortement du pays et de l’opérateur. Certains opérateurs proposent par exemple un tarif moyen de 39 cents pour un appel en Europe ou depuis l’Amérique du Nord, contre 1,30 € pour l’Océanie et l’Afrique. 

Passer par des applications

Avec les progrès de la technologie, téléphoner en voyage devient de plus en plus facile. Il est possible de partir au bout du monde et de rester connecté. Vous pouvez utiliser des applications pour contacter vos proches restés en France, à condition de pouvoir vous connecter au réseau 3G ou au WiFi.

Skype

Il permet de chatter ou de passer des appels (avec ou sans la vidéo) gratuitement depuis un ordinateur vers un autre utilisateur Skype situé ailleurs dans le monde et connecté. Comme Skype est souvent installé dans les ordinateurs des cybercafés, vous ne payez que le temps de connexion pour parler longuement avec votre famille ou vos amis.

Par ailleurs, la disponibilité du WiFi dans la plupart des hôtels, des bars et des cafés vous permet d’utiliser Skype sur la plupart des Smartphones. Le seul inconvénient de cette solution est l’obligation d’acheter du crédit pour appeler votre correspondant sur son téléphone fixe ou portable s’il n’est pas connecté sur Internet. Cela dit, le coût de la communication reste très abordable.

Cependant, dans les zones enclavées où il n’y a ni Internet, ni WiFi, ni 3G, vous ne pouvez pas vous servir de Skype.

Viber

Viber est un concurrent direct de Skype. Ce logiciel peut être utilisé sur Smartphones, Mac ou PC et il permet de passer des appels gratuits vers les autres utilisateurs de cette application. La transmission de messages et la visioconférence sont possibles ainsi que la récupération automatique de votre liste de contacts depuis votre Smartphone.

Le principal inconvénient se situe au niveau de la confidentialité des données car un journal de vos appels est conservé dans les serveurs de Viber.

Whatsapp

Conviviale, l’application Whatsapp permet aux membres de chatter et de s’envoyer des messages gratuitement. Il est même possible d’inclure des photos ou des vidéos dans ces messages. Il s’agit d’un moyen idéal de faire parvenir à vos proches les images de votre voyage de noces en Laponie ou les premiers rayons du soleil qui filtrent à travers les buildings de Manhattan.Cependant, Whatsapp possède un inconvénient majeur : l’impossibilité de passer des appels audio et vidéo.

Téléphoner pour donner des nouvelles à ses proches peut être nécessaire pendant votre séjour à l’étranger. Il existe plusieurs solutions pour garder le contact en communiquant à moindre coût. Il faut toutefois bien s’informer sur les tarifs en vigueur afin de sélectionner le canal le plus efficace sans tomber dans un gouffre financier que vous aurez peut-être du mal à compenser. Suivre ses consommations régulièrement peut également aider à maîtriser son budget.

Comment gérer l’éloignement en voyage et expatriation

Gérer l'éloignement en voyage et expatriation Il n’est pas toujours facile de gérer l’éloignement de ses proches, notamment si vous vous trouvez à des milliers de kilomètres de la France ou carrément à l’autre bout du monde. Quelle que soit la raison qui vous tient éloigné du sol français, il est important de savoir bien vivre cette séparation afin de profiter au maximum de votre séjour.

Pendant un long voyage

Lorsque vous effectuez un tour du monde, la magie de la découverte se transforme parfois en sentiment de solitude et d’éloignement, notamment en cas de coup dur. Avec votre sac à dos, vous passez de ville en ville, de pays en pays, sans aucune adresse fixe. Entre les spots de plongée, les randonnées et les excursions, il est souvent difficile d’indiquer une adresse à vos proches pour qu’ils puissent vous contacter.

Par ailleurs, si tous les pays du monde sont connectés à Internet, dans certaines régions reculées, l’accès au réseau est impossible, à moins que ce ne soit l’électricité qui ne fasse défaut. Vous devez ronger votre frein alors que vous avez tant de choses à raconter à vos parents et amis restés en France. Dans ce cas, pourquoi ne pas utiliser la manière classique, l’envoi de lettre et de cartes postales représentant les lieux visités, cela fera plaisir à vos proches qui seront heureux d’avoir de vos nouvelles.

L’idéal est de donner, et de recevoir, des nouvelles de manière régulière, dès que l’occasion se présente. Pour cela, vous pouvez vous servir des réseaux sociaux, envoyer des mails, téléphoner ou discuter directement via Skype. Cela suppose bien sûr une connexion permanente à Internet et la disposition d’outils adéquats comme l’ordinateur, le Smartphone ou le WiFi. Une autre solution est l’écriture d’un blog où vous retracez votre aventure, les bonnes et mauvaises surprises de votre voyage ainsi que vos sensations. Si vous parvenez à trouver le temps de le mettre à jour périodiquement, votre famille et vos proches peuvent alors suivre votre parcours depuis la France.

Pendant une expatriation

Une expatriation signifie éloignement et longue absence. Pour réduire au maximum le stress et la tristesse qui en découlent, il est important de prévoir des séances d’appel téléphonique régulières. Les contacts via Skype sont d’autant plus intéressants qu’ils associent l’image au son. Il est toutefois conseillé de bien tenir compte du décalage horaire afin de ne pas perturber l’organisation et la vie des uns et des autres.

Même si les contacts téléphoniques permettent de se rapprocher de votre famille restée en France, rien ne remplace les rencontres physiques. Essayez d’inclure une ligne dans votre budget pour vous permettre de rentrer au pays de temps en temps. Si les frais de ce retour annuel ou bisannuel en France sont financés par votre entreprise grâce à votre contrat d’expatriation, cette épargne pourra servir à acheter des cadeaux et à faire plaisir à votre famille et à vos proches.

Vous pouvez également inviter vos proches à vous rendre visite. Profitez-en pour prendre un congé afin de savourer leur présence et partir en leur compagnie à la découverte de votre pays d’expatriation. Chacun gardera un souvenir impérissable de ces vacances en commun qui mettront également en veilleuse, pendant un long moment, le sentiment d’éloignement.

Pendant des études à l’étranger

Faire ses études à l’étranger en profitant du programme Erasmus ou en préparant un MBA constitue une voie royale pour une meilleure carrière. Cette solution suppose toutefois de partir loin de ses parents et de ses amis pour vivre dans un milieu différent, ce qui représente quelquefois un véritable saut vers l’inconnu. Pour certains jeunes, devoir se séparer des parents peut être un exercice pénible. Cependant, s’ils sont déjà partis en vacances avec leurs grands-parents ou loin de leur famille pendant leur enfance ou leur adolescence, la gestion de cet éloignement deviendra moins difficile. Pour d’autres, la curiosité se mélange à l’excitation de faire de nouvelles découvertes, de nouveaux amis et à l’envie de s’intégrer. De ce fait, ils peuvent être trop absorbés dans leur nouvelle vie, au point d’oublier de donner de leurs nouvelles à leurs proches. Pourtant, quelle que soit la situation de l’étudiant, il est important de garder le contact avec les amis restés en France, quitte à les inviter à passer leurs vacances dans le pays où il fait ses études.

Quant aux parents, il leur est souvent difficile de se faire à l’idée que leur enfant vole désormais de ses propres ailes. Le fait de pouvoir régulièrement parler au téléphone, de recevoir des nouvelles par mail ou des photos les rassure considérablement et ne coûte que peu de temps à l’étudiant.

Dans un contexte où les voyages et les expatriations se généralisent, l’éloignement constitue un écueil qui attend les candidats au tournant. La meilleure manière de vaincre le stress et la tristesse engendrés par la distance est de rester régulièrement en contact avec ses parents et ses proches. Par téléphone, par vidéo, par mail ou par carte postale, il existe mille et une façons de se donner des nouvelles et de maintenir ce lien d’amour et d’amitié. Si c’est possible, rentrer pendant les vacances ou inviter sa famille sur place constitue le moyen idéal de raffermir cette relation. Il est essentiel pour le bien-être du voyageur ou de l’expatrié de ne pas rompre le contact avec sa famille, ce lien constitue une force de plus qui l’aidera à réussir son séjour et mener ses missions avec succès.

Formalités : la check list pour éviter les galères en voyage !

ACS invite Fabrice du blog Instinct Voyageur à partager son expérience et ses conseils pour se préparer avant de partir afin d’éviter les galères en voyage.

—————

Voilà, vous avez choisi votre destination ? L’excitation commence à monter ? Très bien ! Vous commencez à préparer votre trip ? Êtes-vous sûr de n’avoir rien oublié ? Voici un topo pour partir l’esprit zen !

Que vous partiez pour un long voyage ou non, la préparation est une étape essentielle. Je ne vais pas parler ici de la préparation du voyage sur place, mais vous faire un résumé de ce que vous ne devez pas oublier avant de partir en ce qui concerne les formalités.

Ceci afin d’éviter les galères…

Les visas

VisasTout d’abord, la destination choisie demande-t-elle un visa ? Êtes-vous sûr de vous ?

Ma question vous semblera peut-être saugrenue, pourtant, j’ai déjà vu des voyageurs bloqués à l’entrée du pays faute de visa. Ils étaient pourtant persuadés de ne pas en avoir besoin…

Deuxième chose : est-il possible de prendre le visa à l’aéroport à en arrivant ? Attention, ce n’est pas le cas de tous les pays… Même question si vous arrivez par la frontière terrestre. Si c’est possible, faites-le, vous ferez des économies. En effet, prendre un visa à l’avance revient plus cher.

Ensuite, vérifiez bien que votre passeport est valide 6 mois après la sortie prévue du pays. Vérifiez aussi la durée du visa pour le billet d’avion.

Enfin, si votre voyage vous fait passer par plusieurs pays, assurez-vous que le pays d’entrée ne demande pas un billet de retour pour pouvoir rentrer. Sinon, vous risquez d’être bloqué à l’aéroport et de devoir acheter un billet dans l’urgence.

Vaccins

Assurez-vous que vos vaccins soient à jour. Si ce n’est pas le cas, faites le nécessaire.

Certains pays d’Afrique ou d’Amérique Latine peuvent demander le vaccin de la fièvre jaune pour rentrer dans le pays. Vérifiez !

Si vous partez dans une zone où le risque de paludisme est réel, il faudra sans doute prendre un traitement. Cela dépend du type de séjour et de la zone où vous vous rendez. À discuter avec un médecin.

Dans tous les cas, je vous conseille de prendre rendez-vous dans un Centre de Vaccination International. Ils sont très bien renseignés.

Profitez-en pour leur demander conseil afin de refaire votre trousse à pharmacie.

Check up médical

Si vous partez longtemps, une visite de contrôle chez votre médecin est une bonne idée.

De même, prenez rendez-vous chez votre dentiste afin de partir l’esprit tranquille. Je ne pense pas que vous voudriez passer sous la roulette d’un dentiste chinois d’une province reculée… Anticipez pour les rendez-vous en cas de « travaux » à faire !

En outre, si vous partez avec des médicaments, prenez avec vous l’ordonnance. Les douanes peuvent vous la demander.

D’ailleurs, si vous avez des problèmes de santé récurrents ou si vous êtes atteint d’une maladie chronique, il peut être utile de faire traduire en anglais et/ou dans la langue du pays où vous allez séjourner vos antécédents, les prescriptions du médecin, votre groupe sanguin et les numéros de vos proches et de votre assureur.

L’assurance voyage

Assurez-vous que vous êtes bien couvert. Il est possible que l’assurance de votre carte bancaire soit suffisante. Pour cela, il faut vous renseigner sur les conditions auprès de votre banque. Attention, en fonction du type de carte et de son niveau (Visa, Mastercard, American Express, Bleue, Gold, Black, etc.), vous serez plus ou moins bien couvert. Dans tous les cas, l’assurance de votre carte bancaire ne vous couvrira pas au-delà de 90 jours.

La question de l’assurance voyage est complexe. Difficile de la résumer en quelques lignes.
Pour autant, voici l’essentiel à savoir :

- Si vous partez plus de 90 jours, une assurance voyage est nécessaire.

- Si vous voyagez au Canada, aux USA ou dans des pays où les frais médicaux sont élevés, prendre une bonne assurance voyage avec des plafonds de remboursement élevés n’est pas du luxe !

- Si vous envisagez de pratiquer des activités et certains sports à risque, il faudra sans doute souscrire une assurance voyage adaptée.

Dans tous les cas, une bonne assurance voyage doit comprendre : la prise en charge directe des frais médicaux en cas d’hospitalisation, le remboursement de dépenses médicales sur place, le rapatriement et la responsabilité civile (important au cas d’accident impliquant des tiers). Des garanties comme la présence d’un membre de la famille en cas d’hospitalisation, le retour anticipé ou encore l’assurance bagage et annulation sont également à considérer.

Documents

Pensez à faire une photocopie de votre passeport. Ne vous séparez jamais de celle-ci. Envoyez-vous le scan sur votre compte mail.

Si vous pensez conduire à l’étranger, pensez à prendre un permis de conduire international. La demande est gratuite, elle se fait auprès de votre préfecture.

Permis de conduire internationalSi vous envisagez de partir en voiture, vous devrez être en possession d’un carnet de douane. En dehors de l’Europe, de nombreux pays le demandent.

Vous allez voyager avec un mineur dont vous n’êtes pas le parent ? L’autorisation de sortie de territoire est supprimée depuis 2013, mais il est recommandé de voyager avec un justificatif de l’autorisation parentale. Le mineur devra également être en possession de son passeport personnel et si besoin, d’un visa. Ne pas oublier de se renseigner sur les formalités d’entrée de votre pays de destination.

Vous voyagez avec du matériel couteux ? Il est conseillé de prendre avec vous vos factures pour la douane.

Pensez aussi à prendre avec vous votre carte d’identité. Cela peut-être utile dans certains cas. Par exemple, en Asie, vous pouvez souvent la laisser lorsque vous louez une voiture.

Argent

argent en voyagePartez avec une carte bancaire et du cash ! Le cash vous servira comme réserve de sécurité en cas de problème avec votre carte ou si jamais vous ne trouvez pas de distributeur.

L’euro est échangé partout dans le monde. Pour autant, certains pays préfèrent le dollar et acceptent même le paiement en dollar comme au Cambodge ou certains pays d’Amérique Latine. Dans ce cas, mieux vaut partir avec des billets verts.

A l’arrivée dans le pays, il faut avoir en tête le taux de change afin de ne pas vous faire arnaquer d’entrée de jeu.

Laissez tomber les traveler’s chèques. Outre le fait que les frais soient importants, cela devient de plus en plus compliqué pour les échanger. D’ailleurs, American Express a décidé de ne plus en émettre.

Je vous conseille vivement de partir avec deux cartes bancaires. De cette façon, en cas de soucis ou de vol de votre carte bancaire, vous en disposerez d’une autre. Tout de suite, cela rassure et peut éviter bien des soucis !

Une carte bancaire est gratuite si vous ouvrez un compte auprès d’une banque en ligne. Et les frais de retraits à l’étranger y sont réduits.

Voilà pour ce petit topo afin de ne pas oublier l’essentiel.

La préparation d’un voyage peut être complexe en fonction des destinations et de ce que vous comptez y faire. Si vous partez plusieurs mois, la question est encore plus complexe. Néanmoins, avec les nombreux blogs de voyage et sites de référence présents sur la Toile, votre recherche est facilitée.

D’autres suggestions ?

***************

Fabrice Dubesset du blog Instinct VoyageurFabrice Dubesset est l’auteur du blog Instinct Voyageur. Il aide ceux et celles qui souhaitent voyager plus à travers récits et conseils pratiques. Découvrez son Manifeste du Voyageur ici.

 ***************