Comment se préparer à voyager dans un pays froid ?

Voyager dans un pays froidLes pays baignés de soleil à longueur d’année ne constituent pas les seules destinations de vacances intéressantes. Des pays comme La Laponie, le Groenland, le Grand Nord canadien, la Patagonie ou la Sibérie proposent des circuits inhabituels où paysages grandioses s’associent aux activités originales pour offrir des souvenirs impérissables aux voyageurs. Il faut cependant prendre certaines précautions et être bien équipé avant de voyager dans des pays si froids.

Bien s’équiper

Même si vous ne voulez pas passer vos vacances à Iakoutsk, la ville la plus froide du monde, avec ses températures qui avoisinent les -50°C en hiver, vous pouvez quand même être tenté par un séjour dans un pays froid. Pour bien profiter de ce périple, il est important de ménager votre corps aussi bien contre la fatigue et les aléas du voyage que contre l’agression du froid.

Les extrémités du corps

Par grand froid, vous devez couvrir les extrémités de votre corps car elles peuvent laisser échapper jusqu’à 60 % de votre chaleur corporelle. Pour la tête, optez pour une cagoule en soie placée sous le bonnet en laine ou la chapka. Pour garder la chaleur des mains, des gants de skis superposés à des gants en soie ou en laine Mérinos sont recommandés. Pour les pieds, vous pouvez faire de même en associant une paire de chaussettes en soie avec une autre paire en laine.

La première couche

La superposition de plusieurs couches de vêtements est conseillée si vous sortez dans le froid et la neige. De cette façon, vous pouvez enlever les couches supérieures si vous avez chaud pendant vos activités physiques.

Les sous-vêtements qui entrent en contact direct avec la peau doivent pouvoir évacuer, vers l’extérieur,  la transpiration engendrée par la chaleur. La soie et le tissu synthétique comme le polyester répondent parfaitement à ces exigences, à l’inverse du coton qui a tendance à absorber la sudation et à sécher trop lentement. Pour cette première couche, vous pouvez également opter pour de la laine.

La couche intermédiaire

Au-dessus, portez une couche polaire qui offre une bonne isolation thermique et qui possède des propriétés hydrofuges. Ces vêtements doivent transférer l’humidité de votre corps vers l’extérieur, de façon à ce que vous soyez toujours sec, même si vous faites du ski, de la motoneige ou de l’escalade.

Une couche externe
Cette dernière couche va vous protéger des intempéries, notamment de la pluie ou de la neige. En fonction de la météo, vous pouvez choisir un imperméable respirant, un manteau fourré ou un coupe-vent imperméable.

Les vêtements techniques

Les progrès réalisés au niveau de la technologie et de la recherche textile permettent désormais aux différents fabricants de proposer des vêtements spécifiques pour les activités pratiquées par grand froid. Si vous partez pour le Canada ou les États-Unis, vous pouvez acheter sur place des pantalons et des vestes de ski de diverses marques qui allient confort et élégance tout en offrant une excellent résistance au froid.

Au Japon, de grandes chaînes de vêtements utilisent une technologie autochauffante dans leurs collections d’hiver qui permettent à celui qui les porte d’être au chaud en toutes circonstances. Ces vêtements techniques ont l’avantage d’être souples, ce qui garantit une entière liberté de mouvements.

Les gadgets et autres équipements

Pour lutter contre le froid en voyage, vous pouvez emporter divers gadgets pour vous offrir un peu de chaleur. Les semelles chauffantes révèlent toute leur utilité en offrant une chaleur diffuse aux pieds. Certains explorateurs leur préfèrent les chauffe-orteils qui ne réchauffent que cette partie de leur anatomie.

N’oubliez pas les lunettes de soleil pour protéger vos yeux des réverbérations sur la neige. De même la crème solaire et le baume à lèvres sont indispensables pour obtenir une protection optimale quand vous êtes à l’extérieur.

Bien s’adapter

L’affichage du thermomètre varie en fonction des pays et des saisons. Si la température minimale tourne autour de -35°C dans certaines régions du Canada en hiver, le nord du Japon affiche -9°C en janvier. Même dans les pays chauds comme le Kenya ou la Tanzanie, vous pouvez rencontrer des températures de -12 °C et de -7,1°C au sommet des monts Kenya et Kilimandjaro. Vous devez par conséquent préparer votre corps à ces basses températures. Pour cela, suivez attentivement la météo des régions que vous allez visiter afin d’emporter les vêtements et accessoires indispensables.

Votre alimentation est également importante, veillez à consommer en suffisance les vitamines E et C, sans oublier le fer, indispensable pour redonner de la vitalité à votre organisme. Prenez régulièrement des boissons chaudes comme du thé, des tisanes ou du chocolat chaud. Évitez toutefois de boire trop de café qui réduit la sensation de froid. Au Japon par exemple, il existe des distributeurs automatiques appelés « konbini » où vous pouvez acheter des canettes chauffées ainsi que des patchs chauffants.

Après une journée passée dehors sur des traîneaux ou à pêcher sous la glace, il est bien agréable de se retrouver à l’intérieur de son logement pour y savourer une douce chaleur. Veillez à bien l’isoler en utilisant des bandes d’aluminium pour calfeutrer vos portes et fenêtres. Vous pouvez également en profiter pour prendre des bains chauds comme les « sento » ou « onsen » au Japon, les saunas en Finlande ou les bains norvégiens.

Être attentif

Face aux températures polaires de certaines régions du globe, le corps subit des agressions qui mettent durement à l’épreuve sa résistance. Il est ainsi déconseillé aux nourrissons et aux femmes enceintes de participer à des expéditions dans des températures extrêmes, il en est de même pour les enfants et les personnes fragiles.

Vous devez donc être particulièrement attentif aux moindres signes de faiblesse de votre corps. L’hyperthermie est votre principal ennemi quand vous sortez par grand froid. Dans certains cas, elle peut même entraîner la mort si vous ne bénéficiez pas de soins immédiats. L’engelure des pieds, les gelures au niveau des mains et des doigts, des orteils, des oreilles ou de la pointe du nez, ainsi que la maladie de Raynaud vous guettent lorsque vous êtes trop exposé au froid sans protection suffisante.

Comme la prévention est la mère de la sagesse, il est prudent de souscrire une assurance voyage avant votre départ. De cette façon, si vous tombez malade ou êtes victime d’un accident durant votre séjour, vous pourrez bénéficier de soins adéquats sans frais supplémentaires. Si votre état l’exige, il sera possible de vous rapatrier en France ou dans un établissement hospitalier de qualité à proximité de votre lieu de vacances.

Pour en savoir plus sur les voyages en pays froids, vous pouvez également jeter un œil sur le site de Team Givrés, un collectif de blogueurs sur le thème du voyage en contrées polaires.

Voyager dans les pays froids ne manque pas d’intérêt. C’est une belle expérience à vivre. Cependant, pour en profiter pleinement et rester en bonne santé, vous devez vous protéger convenablement du froid et de la neige. Découvrez sur ACS les conseils pratiques pour réussir parfaitement votre séjour, quelle que soit votre destination.

Expatriation en Afrique : une opportunité à saisir ?

 S'expatrier en AfriqueAvec un taux de croissance moyen de 4 % en 2013, l’Afrique demeure l’une des locomotives de la croissance mondiale. Il est donc logique que les entreprises multinationales et les investisseurs continuent à se tourner vers ce continent. L’expatriation en Afrique connaît par conséquent un succès de plus en plus important.

Pourquoi partir en Afrique ?

Travailler en Afrique en tant qu’expatrié peut constituer une belle opportunité de carrière. Cependant, quel que soit le chemin que vous avez emprunté pour trouver un travail à l’étranger, vous devez anticiper ce qui vous attend sur place.

Terre d’exotisme, l’Afrique possède une nature généreuse et une population accueillante. S’y expatrier vous donne la liberté de vous ouvrir à l’apprentissage d’une culture totalement différente, mais enrichissante.

De manière générale, le coût de la vie est plus abordable dans les pays africains qu’en Europe ou dans d’autres continents. Cela vous permet de bénéficier d’un cadre de vie plus confortable, notamment côté logement, personnel de maison et voiture, avantages dont vous ne pourriez pas forcément disposer en France.

Partir travailler en Afrique vous éloigne également des rigueurs de l’hiver européen en vous offrant un climat tropical et ensoleillé à longueur d’année. Si c’est possible, essayez de planifier vos congés de façon à retourner en Europe pendant l’été et de retrouver ainsi votre famille et vos proches pendant les beaux jours. À noter qu’avec 31 pays francophones sur 54 en Afrique, vous avez plus d’une chance sur deux de parler français une fois arrivé à destination.

Les opportunités professionnelles des pays qui émergent

Selon la Banque Mondiale, le PIB de l’Afrique subsaharienne s’élèverait à 4,6 % pour l’année et atteindrait 5,3 % en 2017. Cette croissance profite aux entreprises qui investissent dans les pays émergents du continent. Le secteur pétrolier est l’un des plus prometteurs en Afrique. L’Angola, le Nigéria, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Gabon, l’Algérie et la Libye constituent d’importants pôles de production pétroliers.

Conséquence directe de cette manne pétrolière, le domaine de la construction connaît un essor remarquable dans la plupart de ces pays. Des opportunités sont peut-être à saisir si vous travaillez dans cette branche d’activité. Il en est de même pour le secteur bancaire africain qui se développe rapidement. Dans ce cadre, les pays du Maghreb et d’Afrique de l’ouest sont les plus recherchés par les expatriés.

Préparer son départ en Afrique

Quel que soit votre pays de destination en Afrique, une bonne préparation est un élément clé de la réussite de votre projet. Avant de signer votre contrat d’expatriation, vérifiez bien les termes et les conditions, notamment financières, afin d’éviter toute mauvaise surprise.

Il est préférable que ce document mentionne également les conditions qui vous attendent à votre retour. Aussitôt ce contrat signé, assurez-vous que toutes les conditions légales sont réunies pour vous permettre de travailler en toute sérénité dans votre pays d’accueil. Du visa de séjour aux autorisations indispensables pour exercer votre profession, tout doit être au complet.

De même, vérifiez que vos vaccins sont à jour avant d’embarquer. Si le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire, celui contre l’hépatite A et B est fortement recommandé. En effet, l’hygiène est généralement précaire en Afrique et les soins peuvent rapidement devenir très chers. Selon les pays, les vaccins contre la rage et contre la fièvre typhoïde peuvent également être utiles. Dans tous les cas, il vaut toujours mieux demander conseil à votre médecin avant de partir.

Insécurité

L’Afrique fait souvent la une des journaux à cause de l’insécurité qui règne sur ce continent. Si certains pays affichent un calme permanent et offrent une sécurité relative, il n’en est pas de même partout ailleurs. Ce phénomène qui ne date pas d’hier est aggravé par la pauvreté d’une grande partie de la population et par les conflits politiques ou ethniques.

Sans aller jusqu’à réduire vos déplacements uniquement entre votre lieu de travail et votre domicile, vous devez toutefois prendre certaines précautions.

Dans certains pays qui ont la réputation de présenter un niveau de sécurité réduit, choisissez les endroits sécurisés pour faire votre marché ou pour vos sorties. Évitez de vous déplacer seul(e), notamment la nuit. Privilégiez les excursions et les randonnées en famille ou en compagnie de vos amis. Suivez régulièrement les actualités pour vous informer de l’évolution de la sécurité dans votre région.

Vous pouvez également consulter le site du Ministère des Affaires étrangères pour vous tenir au courant de la situation sécuritaire dans votre pays d’accueil.

Continent fascinant par la richesse de sa nature et l’hospitalité de sa population, l’Afrique offre de formidables opportunités d’expatriation. Partir travailler au cœur de ce continent vous permet d’apprécier une culture différente et de vivre une expérience humaine sans précédent.
Comme toute autre destination, l’Afrique possède quelques points de faiblesse pouvant freiner les ardeurs des candidats à l’expatriation, notamment l’insécurité. Mais celle-ci est relative et ne sévit pas dans tous les pays africains. Découvrez sur le site d’ACS les solutions d’assurance expatriation qui vous permettront de partir en Afrique en toute sérénité.

Erasmus : un vrai tremplin pour la vie active

Erasmus : un vrai tremplin pour la vie activeLe contexte de la mondialisation pousse de plus en plus les étudiants à poursuivre leurs études ou à effectuer un stage à l’étranger. Le programme Erasmus ouvre la perspective d’une carrière intéressante et valorisante. L’Union Européenne vient d’ailleurs de sortir les résultats d’une récente étude concernant l’impact de ce programme sur l’emploi des jeunes.

Le programme Erasmus

Mis en place pour la première fois en 1987, Erasmus (European Action Scheme for the Mobility of University Students) consiste en un programme d’échange d’étudiants et d’enseignants entre de nombreuses universités et grandes écoles d’Europe. Cette dénomination est directement inspirée d’Erasme, le fameux théologien et humaniste hollandais qui a voyagé dans toute l’Europe pendant plusieurs années en s’enrichissant au contact des différentes cultures des pays visités. Dans le cadre du programme Erasmus, les étudiants ont la possibilité d’effectuer des études ou des stages à l’étranger d’une durée de 3 à 12 mois.

Le budget initial du programme Erasmus pour la période 1987-1989 était de 85 millions d’écus (l’euro n’existait pas encore à l’époque, l’écu était l’unité de compte européenne). Il s’élève à 3,1 milliards d’euros pour 2007 à 2013 et va atteindre 19 milliards d’euros pour la période 2014-2020 à travers le programme Erasmus+.

Parallèlement au budget, le nombre de participants au programme a également augmenté au fil des années. Si en 1987-1988, ils étaient 3 244 étudiants à avoir bénéficié du programme d’échange, ils sont 252 827 pour la période 2011-2012.

De même, le nombre d’enseignements a fluctué pour ces mêmes périodes, passant de 7 797 à 33 318. Grâce à ce programme, environ 3 millions d’étudiants de toute l’Europe, dont 380 000 Français, ont pu enrichir leurs compétences académiques et linguistiques tout en vivant une expérience multiculturelle.

Bénéfices sur l’emploi

Erasmus constitue un tremplin idéal pour la vie professionnelle. En effet, d’après cette étude d’impact réalisée par l’Union européenne, les jeunes ayant participé au programme sont deux fois moins susceptibles de devenir des chômeurs de longue durée. Ils sont d’ailleurs moins de 23 % à rester en chômage, cinq années après la fin de leurs études.

Le stage par le biais d’Erasmus représente également une opportunité d’ouverture pour les étudiants. Un tiers d’entre eux est recruté par leur entreprise d’accueil tandis que 10 % de ces stagiaires ont créé leur propre entreprise. Sur le reste, 75 % projettent de le faire à l’avenir.

Erasmus diffère du PVT dans le sens où le tourisme est l’objectif principal du PVTiste qui ne peut travailler que pour subvenir à ses besoins. Du reste, le Programme Vacances Travail n’autorise l’accès qu’à 9 pays (l’Argentine, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, le Japon, la Russie, Hong Kong, la Nouvelle-Zélande et bientôt le Brésil).

Une ouverture mondiale

Le programme Erasmus ouvre aux étudiants les portes de 28 pays de l’Union européenne auxquels s’ajoutent la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.

Il apporte également une certaine ouverture d’esprit aux participants. Comme l’amour n’a pas de frontière, 27 % des étudiants Erasmus ont rencontré leur conjoint ou leur compagnon au cours de leur séjour dans un pays étranger. Encore plus éloquents, ils sont 33 % à partager désormais leur vie avec une personne de nationalité différente contre 13 % seulement pour les étudiants non mobiles.

Avec un objectif similaire au VIE, Erasmus ouvre également les perspectives d’une expatriation. Après avoir obtenu leur diplôme, 40 % des anciens étudiants du programme se sont installés à l’étranger. Par ailleurs, le pourcentage de ceux qui pensent ne pas éprouver de difficultés pour s’expatrier à l’avenir s’élève à 93 %.

Si 85 % des étudiants Erasmus estiment que le programme permet d’améliorer leur chance d’être engagé, l’assurance de trouver un emploi ne constitue pas son seul impact positif.

En effet, Erasmus offre également aux étudiants d’adopter la culture entrepreneuriale, quitte à s’expatrier dans un pays étranger ou à rester dans le pays où ils ont étudié ou effectué leur stage. Enfin, si Erasmus permet de franchir les frontières et les barrières de la langue, le programme permet également de raffermir les liens entre Européens. D’après l’Union européenne, près d’un million de bébés seraient nés de couples réunis par Erasmus depuis sa création en 1987 !

Préparer son budget pour s’expatrier

Budget pour les expatriésEn plus des démarches administratives pour une expatriation, il faut également prévoir son budget.

Les postes de dépense

Que vous partiez seul ou en famille, le budget d’une expatriation dépend en grande partie de la destination finale et notamment du coût de la vie sur place. Il est vrai qu’entre Papetee, Miami, Bakou, Shanghai, Luanda ou Londres, les différences peuvent être considérables en de nombreux points. Voici la liste des divers frais qui vous attendent.

Le billet d’avion

La première dépense liée à l’expatriation est le billet d’avion, ou de train si la distance entre les pays de départ et de destination est assez courte. Il est prudent d’allouer un budget pouvant graviter autour de 750 € par personne, un chiffre qui va augmenter à mesure que le pays d’expatriation s’éloigne de la France. Pour un aller simple pour Miami, le prix du vol est d’environ 1 500 € pour un adulte tandis qu’il s’élève seulement à 350 € si vous partez pour Doha, et même à moins de 100 € pour Londres. Le visa d’entrée Le coût du visa d’entrée diffère d’un pays à l’autre. Il est cependant raisonnable de prévoir environ 250 € par personne, à la différence des visas pour tourisme qui sont moins chers. À titre d’information, le visa travailleur pour les États-Unis vous coûtera entre 220 $ et 405 $, soit une fourchette comprise entre 173 € et 318 €.

Les frais administratifs

Les autres charges liées aux formalités d’expatriation concernent les frais des attestations indispensables ainsi que des photos d’identité. Relativement modiques, ils peuvent être évalués à 100 € en tout.

Les différents frais d’installation

Les frais d’installation prennent une place non négligeable dans le coût total de l’expatriation. N’oubliez pas que le déménagement international revient cher, notamment si vous changez de continent. Un budget de 3 000 € risque d’être juste si vous emportez une grande partie de vos meubles. N’hésitez pas à faire établir plusieurs devis et à comparer les prestations offertes avant de prendre une décision. Le bateau représente également un moyen moins coûteux pour déménager, à condition de vous y prendre à l’avance et d’être patient, car votre cargaison peut arriver deux mois après vous.

Sur place, vous pouvez être amené à acheter un nouveau mobilier, des appareils électroménagers, votre matériel hifi, vidéo ou informatique. Une ligne budgétaire de 2 000 € peut être allouée à cette fin. De plus, même si vous êtes doté d’un véhicule de fonction, votre conjoint(e) pourrait avoir besoin d’une voiture pour ses déplacements. Il faudra donc prévoir un budget pour l’achat du véhicule et des assurances. Il est aussi possible d’envisager de recourir à la formule de location de longue durée qui allège vos charges tout en vous évitant de perdre du temps dans la revente, avant votre départ.

Calculer son budget expatriéLes frais de logement

Ils représentent une part importante des charges de l’expatrié. Ils diffèrent d’un quartier à l’autre, même au sein d’une seule et même ville. En moyenne, il faut prévoir autour de 750 € pour un logement décent. À ces frais s’ajoute souvent un mois de caution. Le loyer moyen à São Paulo, par exemple, est de 580 € contre 400 € pour un joli appartement dans le quartier des expatriés à Hanoi. Vous pouvez également opter pour un appartement type F4 situé en bord de mer à Pukhet pour près de 1 200 € par mois.

Les frais de scolarité

Partir s’expatrier avec ses enfants signifie qu’il faut leur permettre de poursuivre leur scolarité dans des conditions adéquates. Il existe 483 établissements scolaires français à l’étranger, répartis dans 135 pays. Si vous avez la chance de vous trouver à proximité de l’un d’eux, vos enfants peuvent bénéficier d’un enseignement dispensé par une école homologuée par l’Éducation Nationale. Le coût annuel moyen de la scolarité d’un enfant peut facilement varier entre 7000 € et 10 000 €.

L’assurance santé

Tomber malade à l’étranger peut rapidement épuiser vos finances, surtout en cas d’hospitalisation. La souscription d’une assurance santé avant votre départ vous permet de partir sans crainte à la découverte de votre pays d’accueil. Le prix de cette prestation dépend du niveau de couverture, de la zone géographique et de la tranche d’âge des assurés, de la complémentarité ou non avec la CFE, mais il coûte en moyenne entre 80 et 100€ par personne et par mois.

Les autres assurances

Au cours de votre expatriation, il est quelquefois utile de souscrire d’autres assurances. L’assurance chômage peut se révéler indispensable si vous travaillez dans un secteur où l’emploi est relativement instable. De même, si vous achetez une voiture sur place, vous devez contracter une assurance locale pour pouvoir la conduire. Enfin, une assurance habitation vous couvre des dommages qui peuvent survenir dans la maison que vous louez à l’étranger.

Les imprévus

Il est important d’affecter aux imprévus une partie de votre budget. Selon vos économies, vous pouvez y consacrer de 50 à 100 € ou plus par mois. De cette façon, vous disposez d’un petit capital qui vous permettra de faire face à une situation inattendue comme acheter votre billet d’avion pour un retour imprévu en France ou bien pour régler les dépenses supplémentaires engendrées par l’arrivée inopinée de votre cousin avec sa famille par exemple.

Les cours de langue locale

Pour faciliter votre intégration dans votre pays d’accueil, il est conseillé de suivre des cours de langue locale. Cette initiative vous permet d’aller par la suite à la rencontre de la population, qu’elle soit urbaine ou rurale. Prévoyez un budget de 50 € pour une initiation.

Les frais en France

Même si vous vivez à l’étranger, vous demeurez un citoyen français et il existe une fiscalité spéciale pour les expatriés. Si vous possédez une maison en France ou si vous disposez d’autres sources de revenus dans l’Hexagone, vous devez payer des impôts à l’État français. De même, si vous avez mis une partie de votre mobilier dans un garde-meubles, vous devez en régler la location mensuelle ou annuelle, selon le contrat.

Les frais de déplacement

L’expatriation n’est pas toujours destinée aux cadres ou aux dirigeants d’entreprises. Si vous êtes un simple employé qui a envie de travailler sous les tropiques, votre entreprise ne vous fournira peut-être pas une voiture pour vos déplacements. Vous devrez dans ce cas prévoir des frais de transport depuis votre domicile jusqu’à votre lieu de travail dans votre budget.

Si cette disposition n’est pas mentionnée dans votre contrat d’expatriation, vous devez prendre en charge le coût du billet d’avion pour vous et votre famille lorsque vous rentrez passer vos vacances en France. Il s’agit d’un poste supplémentaire à inclure dans votre budget, à moins d’en profiter pour rester sur place et découvrir votre pays d’accueil.

Le téléphone, Internet et l’électricité

Dans de nombreux pays, l’opérateur téléphonique diffère du fournisseur d’accès Internet. Vous devez donc prévoir deux factures différentes. Il en est de même pour l’électricité, l’eau et le gaz que vous devez payer. Si vous aimez suivre les évènements sportifs ou mondiaux à la télévision, vous devez également vous abonner au câble ou aux chaînes satellites.

Bilan récapitulatif budget expatriésBilan récapitulatif

Opter pour une expatriation exige aussi bien une préparation physique et psychologique qu’économique. Rien que sur le plan financier, le recensement de tous les postes de dépenses offre un aperçu des frais les plus importants.

Au premier rang des principales dépenses figurent les frais de scolarité des enfants qui peuvent s’élever jusqu’à 10 000 € ou plus par étudiant et par an. Ensuite, estimées à environ 3 000 €, les dépenses liées au déménagement prennent une place importante dans ce budget d’expatriation. Elles sont suivies par les frais d’installation comprenant l’achat d’un nouveau mobilier, d’appareils électroménagers ainsi que d’équipements informatiques ou audiovisuels.

À un moindre degré, l’acquisition d’une voiture, même d’occasion, alourdit le budget destiné à l’expatriation. Le prix individuel du billet d’avion pour arriver à destination ainsi que le loyer sur place nécessitent chacun une ligne budgétaire d’environ 750 €.

Pour terminer ce classement, il ne faut pas oublier le prix du visa, évalué à 250 €, les différents frais administratifs d’environ 100 €, l’assurance santé, les imprévus et éventuellement les cours de langue si vous désirez mieux communiquer avec la population locale.

Le coût d’une expatriation dépend de nombreux critères, notamment de la distance entre le pays de départ et celui d’accueil ainsi que du coût de la vie sur place. En effet, si Moscou, Tokyo, Singapour, Hong Kong ou Genève figurent dans le top 10 des cités les plus chères au monde en 2013, il est plus surprenant d’y retrouver Luanda, en première place, ou Ndjamena en quatrième position.

Il est par conséquent primordial de bien s’informer sur le coût de la vie dans le pays de destination avant de s’engager, au risque de subir des déboires financiers. Le coût de chacun de ces critères varie évidemment d’un pays à l’autre et la différence peut être très conséquente en fin de compte. En moyenne, vous devez prévoir un budget gravitant autour de 25 000 € si vous partez à l’étranger avec un enfant en âge d’être scolarisé.

L’expatriation ne doit pas être vue seulement comme une opportunité de faire carrière. Vous ne devez pas occulter les charges financières qui vont découler de votre décision.

En effet, de nombreux points méritent d’être passés en revue pour que vous puissiez évaluer les avantages et les inconvénients de votre projet. Si certains de ces frais sont pris en charge par votre employeur, ils doivent être inscrits dans votre contrat d’expatriation afin d’éviter tout malentendu.

Découvrez sur ACS les différents conseils pour mieux préparer votre départ et réaliser dans les meilleures conditions les opérations les plus délicates comme votre déménagement international.

Quel est le rôle d’une ambassade pour un voyageur ?

Ambassade pour un voyageurQue ce soit dans le cadre d’une expatriation, d’un voyage d’affaires ou d’agrément, le voyageur peut être appelé à se mettre en relation avec l’ambassade ou le consulat de son pays d’origine. Concrètement, quel est le rôle joué par cette institution auprès des concitoyens qui se trouvent en dehors du sol français ?

Qu’est-ce qu’une ambassade ?

L’ambassade exerce un rôle principalement diplomatique, c’est-à-dire qu’elle représente le gouvernement, notamment le Chef d’État, d’un pays auprès des autorités du pays où elle est établie. En tant qu’intermédiaire entre les deux parties, l’ambassade fait passer les messages des deux côtés et participe au maintien et au développement de la relation bilatérale. Cette institution informe également son gouvernement des réalités et des actualités du pays d’accueil. Enfin, l’ambassade réalise la promotion de son pays, que ce soit sur le plan économique, culturel ou scientifique.

De son côté, le consulat est chargé de l’administration publique de son pays. Dans ce cadre, il assure un rôle de protecteur et de défenseur de ses ressortissants et de leurs biens, qu’ils résident ou soient seulement de passage dans le pays d’accueil. Le consulat embrasse donc une mission d’assistance administrative auprès de ses ressortissants.

Donc, en résumé, l’ambassade s’occupe des relations d’État à État tandis que le consulat est chargé de celles qui s’établissent entre un pays et ses ressortissants. Quant à la représentation, il s’agit généralement d’une mission permanente accréditée auprès d’organisations internationales. À titre d’exemple, la France dispose d’un représentant permanent auprès de l’Union africaine à Addis-Abeba et d’un autre à l’OTAN à Bruxelles.

Le rôle d’une ambassade pour un voyageur

Même avec une préparation minutieuse, un voyage n’est jamais totalement à l’abri d’imprévus en tous genres. Les vols sont malheureusement fréquents et vos objets de valeur ou même vos papiers d’identité peuvent ainsi disparaître. L’ambassade, pour les expatriés, tient dans ce cas un rôle essentiel, plus précisément le service consulaire de la représentation diplomatique. Après avoir déclaré la perte ou le vol de votre passeport à la police locale, vous devez en informer le consulat et suivre les procédures requises.

L’ambassade est en mesure de vous fournir un laissez-passer pour vous permettre de rentrer en France ou un passeport d’urgence si vous devez vous rendre dans un autre pays. Il est également possible de renouveler votre passeport sur place si vous y restez suffisamment longtemps. Quelquefois, le coût de cette opération est même moindre qu’en France.

Si vous tombez malade pendant vos vacances, le consulat de France peut vous recommander un médecin ou une liste de médecins spécialistes francophones agréés. De même, si vous êtes victime d’un accident durant votre séjour, le consulat est en mesure de contacter votre famille et de discuter avec elle des mesures à prendre comme celle de vous hospitaliser sur place ou de vous rapatrier. Cette institution offre également de précieux conseils aux familles quant aux formalités à effectuer en cas de décès du voyageur. Enfin, si vous êtes arrêté par la police locale, le consulat peut vous aider à trouver un avocat tout en informant votre famille.

Le rôle d’une ambassade pour un expatrié

D’après le registre mondial des Français établis hors de France, le nombre de Français installés en dehors de l’Hexagone est de 1 642 953 individus au 31 décembre 2013. L’ambassade de France, pour un expatrié, est importante à plus d’un titre :

  • En cas de crise grave ou de catastrophe naturelle, c’est elle qui regroupe tous ses ressortissants et qui les évacue si nécessaire
  • L’inscription à l’ambassade permet à vos enfants de bénéficier de bourses d’études dans les établissements scolaires français locaux
  • Le consul possède les fonctions d’officier d’état civil. Il est par conséquent habilité à recevoir les déclarations de naissance ou de décès des Français de sa circonscription et même du mariage civil de ressortissants français.
  • L’ambassade sert de lieu de vote durant les élections
  • Elle organise des activités culturelles et quelquefois des cours de langue locale pour faciliter l’intégration. C’est généralement le lieu de rencontre des ressortissants français qui peuvent y bénéficier de conseils sur différents sujets. La presse francophone y est également disponible. 

Prenez vos précautions

L’ambassade n’est nullement une agence de voyages. Elle ne sert donc pas à vous conseiller des activités à faire dans telle région ou des restaurants recommandés dans telle localité. Elle est là pour les cas d’urgence et pour essayer d’apporter son assistance en cas de besoin. Elle ne peut pas vous donner de l’argent si vous avez perdu votre portefeuille ou payer les honoraires de l’avocat si vous êtes en délicatesse avec la justice locale. De même, les frais de consultation du médecin ou d’hospitalisation restent à votre charge si vous tombez malade.

Il est donc prudent de souscrire une assurance voyage ou une assurance expatriation pour prévenir ce genre de situation. De cette façon, vous partirez l’esprit tranquille et pourrez ainsi profiter pleinement de votre séjour.

Que ce soit pour vos vacances ou pour une expatriation de longue durée, les missions diplomatiques françaises réparties sur les cinq continents vous seront d’une grande utilité. Si les cas d’urgence sont essentiellement de leur ressort, les ambassades et consulats représentent souvent un pan de la France dont la présence réchauffe le cœur de ceux qui se trouvent à l’étranger. Sur le site d’ACS, vous avez accès à toutes les informations nécessaires pour vivre une expatriation enrichissante en évitant au maximum les déconvenues.