Le visa Schengen : tout ce qu’il faut savoir

Pour circuler librement en France ou dans tout autre État de l’espace Schengen, le ressortissant étranger doit au préalable suivre les formalités pour obtenir un visa Schengen.

 

Si vous êtes résident de l’un des pays membres de l’accord Schengen, vous pouvez donc vous promener librement dans tout l’espace Schengen sans aucune restriction. Par contre, si vous êtes un ressortissant étranger, vous devrez alors obligatoirement vous procurer un visa Schengen.

Toutefois, un visa ne sera pas nécessaire si vous prévoyez un court séjour touristique de moins de 90 jours et que vous êtes résident de l’un des pays que vous retrouverez sur cette liste.

Pour bien comprendre de quoi il s’agit et connaitre les démarches relatives au visa Schengen, voici les réponses aux différentes questions généralement posées au sujet du visa Schengen.

Informations générales sur l’espace et le visa Schengen

Qu’est-ce que l’espace Schengen ?

Il regroupe actuellement vingt-six États en Europe. Ces pays ont conclu un accord de libre circulation des personnes, en 1985, dans la ville luxembourgeoise éponyme. Cet accord est entré en vigueur en 1995. Concrètement, cela signifie qu’un citoyen européen qui se déplace à l’intérieur de cet espace communautaire n’a plus besoin de montrer son passeport. Les autorités migratoires de chaque pays de l’espace Schengen peuvent néanmoins contrôler les voyageurs à tout moment. Si un ressortissant non-européen voyage au sein de l’Espace Schengen, il devra montrer son passeport. Pour un citoyen européen, une pièce d’identité suffira.

L’espace Schengen concerne vingt-deux des vingt-huit pays de l’Union européenne : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la France, la Finlande, la Grèce, la Hollande, la Hongrie, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède.

À ceux-ci s’ajoutent quatre États non membres de l’Union européenne : le Liechtenstein, l’Islande, la Norvège et la Suisse.

 

Pourquoi un visa Schengen ?

Si les contrôles à l’intérieur de l’espace Schengen sont en principe abolis, ils sont renforcés à l’extérieur. Cela explique la création du visa Schengen qui est commun à tous les États de l’espace Schengen. Valable pour trois mois au maximum, il est délivré par l’un de ces pays et ouvre les frontières de l’espace Schengen, ce territoire vaste de plus de 4,3 millions de km².

 

Quel est le but du visa Schengen ?

Il permet aux ressortissants étrangers de circuler librement à l’intérieur des frontières de l’espace Schengen. Grâce à l’accord Schengen, les États signataires ont pu coordonner leurs actions en matière de visa afin d’harmoniser les contrôles au niveau des frontières extérieures de l’espace. Dans la réalité, cela signifie par exemple qu’une personne qui souhaite se rendre en Allemagne peut passer par les Pays-Bas en ne demandant qu’un seul visa, le visa Schengen.

En contrepartie, cela suppose un renforcement de la coopération judiciaire et policière des États, grâce à la création du Système d’Information Schengen (SIS). Il s’agit d’un fichier commun, accessible à toutes les autorités des pays de l’espace Schengen, qui recense et diffuse le signalement des individus qui sont recherchés pour divers délits.

 

Qui est concerné par le visa Schengen ?

Ce visa est destiné aux ressortissants des États non-signataires de l’accord qui souhaitent entrer en France ou dans n’importe quel pays de l’espace Schengen. C’est le sésame qui leur permettra de circuler sans aucune contrainte à l’intérieur des frontières de cette entité, qu’importe le lieu de destination principal, sans restriction du nombre de pays visités.

Il est important de savoir que même si vous détenez un visa Schengen, vous ne pouvez pas vous en servir pour entrer dans les départements français d’outre-mer comme La Réunion, la Guadeloupe, la Guyane ou la Martinique. C’est également le cas des territoires français d’outre-mer tel que Saint-Pierre-et-Miquelon, la Nouvelle-Calédonie, Saint-Barthélemy, Wallis-et-Futuna, la Polynésie française ainsi que les Terres australes et antarctiques françaises. Il en est de même pour les États autonomes du Royaume des Pays-Bas situés dans les Caraïbes, à savoir Curaçao, Aruba et Saint-Martin.

Pour savoir si votre pays fait partie de ceux pour qui ce visa est exigé pour toute entrée dans la zone Schengen, vous devez vous renseigner auprès de l’Ambassade ou du Consulat du pays par lequel vous pénétrez dans cet espace. Cependant, à titre d’information, voici une liste non exhaustive des pays, par continent, pour qui le visa Schengen est obligatoire :

  • Afrique : Afrique du Sud, Algérie, Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, Comores, Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Équatoriale, Kenya, Lesotho, Libéria, Lybie, Madagascar, Malawi, Maldives, Mali, Maroc, Maurice, Mauritanie, Mozambique, Namibie, Niger, Nigéria, Ouganda, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Swaziland, Tanzanie, Tchad, Togo, Tunisie, Zambie, Zimbabwe
  • Asie : Afghanistan, Arabie saoudite, Bahreïn, Bangladesh, Birmanie/Myanmar, Bhoutan, Cambodge, Chine, Corée du Nord, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Jordanie, Kazakhstan, Kirghizstan, Koweït, Laos, Liban, Mongolie, Népal, Oman, Pakistan, Philippines, Qatar, Sri Lanka, Surinam, Syrie, Tadjikistan, Taïwan, Thaïlande, Timor Oriental, Turkménistan, Turquie, Vietnam, Yémen
  • Amérique : Antigua et Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Colombie, Cuba, Dominique, Équateur, Grenade, Guyana, Haïti, Jamaïque, Pérou, République dominicaine, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Trinidad et Tobago
  • Europe : Albanie, Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Bosnie-Herzégovine, Géorgie, Macédoine, Moldavie, Monténégro, Ouzbékistan, Russie, Serbie, Ukraine
    Océanie : Fidji, Kiribati, Mariannes du Nord, îles Marshall, Micronésie, Nauru, Palau, Papouasie-Nouvelle Guinée, îles Salomon, Samoa, Tonga, Tuvalu, Vanuatu

Les différents types de visa Schengen

Si vous souhaitez découvrir la France ou l’un des pays de la zone Schengen, ou encore rendre visite à un membre de votre famille résidant dans cette zone, le visa Schengen est la pièce essentielle qui vous sera demandée. Il existe différents types de visa, en fonction de la nature de votre voyage.

  • Le visa de court séjour, communément appelé « visa Schengen » : il vous autorise à entrer en France et à y voyager ainsi que dans les autres pays de la zone Schengen. La durée de validité de ce visa est de 90 jours maximum par période de six mois. Il est matérialisé par une vignette adhésive qui est apposée sur votre passeport.
    Ce type de visa peut être accordé dans le cadre d’un voyage professionnel ou touristique. Si vous souhaitez suivre un stage, une formation de courte durée ou tout simplement effectuer une visite familiale, c’est le visa qu’il faut solliciter.

Par ailleurs, les autorités octroient ce « visa C » à ceux qui veulent exercer une activité rémunérée pendant leur court séjour dans l’espace Schengen. Ils doivent cependant demander une autorisation provisoire de travail. C’est le cas notamment des sportifs, des artistes ou des mannequins qui font une tournée en Europe.

Il faut remarquer que ce visa Schengen peut être délivré pour une seule entrée ou pour des entrées multiples. Dans le premier cas, vous n’êtes autorisé qu’à faire une entrée unique dans l’espace Schengen. Il vous appartient donc de déterminer si vous allez épuiser votre quota de 90 jours de présence ou non.

Dans le cas d’entrées multiples, les spécialistes préfèrent parler de « visa de circulation ». La validité d’un tel visa varie entre 6 mois et 5 ans, cependant la durée totale du séjour ne doit pas dépasser 90 jours pour une période de 6 mois. Concrètement, vous pouvez par exemple effectuer un séjour de 30 jours, rentrer dans votre pays d’origine, puis rester en France pour 45 jours encore. Vous regagnez ensuite votre terre natale pour finir par une dernière visite de 15 jours, ceci sans dépasser 180 jours entre votre première entrée dans l’Hexagone et votre dernier séjour. Ou encore, vous effectuez un séjour ininterrompu de 90 jours dans le délai légal de 180 jours.

Comme votre visa Schengen est à entrées multiples, vous pouvez revenir en France 6 mois après votre première entrée pour effectuer un ou plusieurs séjours d’une durée de 90 jours au maximum.

 

  • Le visa de transit aéroportuaire (VTA) : il s’agit d’un visa qui vous permet de franchir la zone internationale de transit des aéroports de la zone Schengen dans le cadre d’une escale internationale. Valable uniquement pour la durée du transit, c’est-à-dire moins d’une journée, ce « visa A » ne vous autorise cependant pas à pénétrer dans l’espace Schengen. Vous ne pouvez pas par conséquent changer d’aéroport avec ce visa ou passer la nuit au sein d’un aéroport. Dans la pratique, ce type de visa ne concerne que quelques nationalités.

 

  • Le visa de transit non aéroportuaire : il présente des similarités avec le visa A décrit ci-dessus mais il a ses propres particularités. Il est utilisé dans le cas où vous arrivez dans un aéroport de la zone Schengen et que vous devez sortir de la zone internationale de celui-ci pour vous rendre à votre destination finale.
    À titre d’exemple, votre avion atterrit à l’aéroport Charles-de-Gaulle. Vous sortez de cet aéroport pour aller à Francfort prendre une correspondance qui va vous emmener vers Rio de Janeiro. Grâce à ce visa de transit de type C, vous pouvez transiter provisoirement par l’espace Schengen, le temps d’attraper votre vol.

 

  • Le visa à validité territoriale limitée (VTL), par définition, ne peut vous permettre d’accéder à l’ensemble de la zone Schengen. Cela signifie que le document n’est valable que sur un ou plusieurs territoires uniquement et non sur toute l’étendue de l’espace Schengen.

 

  • Le visa de court séjour conduisant au dépôt d’une demande de carte de séjour : si vous devez passer un concours d’entrée dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur français ou d’un autre pays de la zone Schengen, vous pouvez demander un visa « étudiant-concours ». Ce visa de court séjour vous permet de passer vos examens tout en restant en situation régulière.
    La réussite au concours vous permettra peut-être de financer vos études grâce à une bourse. Dans ce cas, vous pouvez solliciter une carte de séjour afin de poursuivre vos études, sans être obligé de rentrer dans votre pays d’origine. En attendant la délivrance de cette carte, c’est le visa Schengen pour séjour de courte durée qui régularise votre situation vis-à-vis de l’administration.

Obtenir son visa Schengen

Que ce soit pour faire du tourisme dans un ou plusieurs pays de la zone Schengen ou pour rendre visite à votre famille, le visa Schengen est indispensable pour franchir les frontières extérieures de ce territoire. Vous devez vous adresser aux autorités consulaires de votre pays de destination ou celui où vous comptez séjourner le plus longtemps. Par exemple, si vous passez 10 jours en Belgique pour demeurer 60 jours en Norvège, vous devez envoyer votre demande de visa Schengen au consulat de Norvège. Pour obtenir votre visa de court séjour, il y a quelques remarques à considérer :

  • Les formalités pour l’obtention du visa Schengen peuvent varier légèrement suivant les ambassades ou les consulats. Il est préférable de bien vous renseigner au préalable auprès de ces autorités consulaires pour connaître les modalités pratiques. En général, il faut prendre rendez-vous pour accéder au service des visas.
  • Le traitement du dossier prend au minimum deux semaines. Il est donc important de vous y atteler suffisamment à l’avance. Pour des raisons pratiques, vous ne devez pas non plus le faire plus de 3 mois avant le début de votre voyage. Vous devez déposer personnellement votre dossier, car vos empreintes digitales sont à enregistrer biométriquement.
  • Les pièces justificatives exigées pour la constitution du dossier peuvent varier d’un pays à l’autre. Si vous souhaitez entrer dans l’espace Schengen via la France, vous devez remplir le formulaire Cerfa n°14076*01 pour obtenir un visa de court séjour.
  • Ce document est à remplir entièrement, à dater et à signer par vos soins, sous peine de voir votre demande rejetée. Votre dossier devra également comprendre une photo d’identité et votre passeport dont la durée de validité excédera de plus de 3 mois la date du visa sollicité.

Vous devrez aussi produire des preuves qui motivent votre venue en France, comme, par exemple :
– des invitations pour assister à des conférences, des réunions, des salons ou des colloques si vous venez dans l’Hexagone dans le cadre d’un voyage d’affaires.

– un certificat d’inscription, à votre nom, auprès d’un institut d’enseignement ou d’un organisme de formation si vous vous rendez en France pour y effectuer une formation.

– une lettre ou une carte d’invitation écrite par votre hôte ou une réservation d’hôtel vous sera utile si vous faites un voyage privé, comme une visite familiale ou touristique.

– une preuve qui atteste de votre rendez-vous si vous vous rendez en France pour un contrôle médical ou pour consulter un spécialiste.

D’autres justificatifs vous seront demandés, notamment par rapport à votre hébergement, via l’attestation d’accueil en France, et à vos moyens de subsistance dans l’espace Schengen. Ce dernier point peut être validé par une attestation de solde bancaire, les bulletins de paie des 3 derniers mois, le relevé de votre compte bancaire pour la même période ou encore une attestation de salaire délivrée par votre employeur.

  • Les frais exigés pour l’obtention d’un visa Schengen de court séjour sont de 60 € par dossier. Le tarif est le même s’il s’agit d’un visa de transit aéroportuaire pour la France métropolitaine ou pour les départements d’outre-mer (DOM) et régions d’outre-mer (ROM) comme la Martinique, La Réunion, la Guadeloupe et la Guyane.
  • La prudence est toujours de mise lors d’un voyage dans un pays étranger. La souscription d’une assurance voyage est fortement recommandée pour disposer d’une couverture optimale en cas de problèmes de santé ou d’accident.
    Cette assurance est d’ailleurs obligatoire pour toute personne qui sollicite un visa Schengen de courte durée, que le motif du séjour soit le tourisme, la visite familiale, les affaires ou la santé.

Cette assurance doit comprendre aussi bien l’assistance que le rapatriement et elle doit être valable pour toute la durée de votre séjour au sein de l’espace Schengen. La couverture minimale doit être équivalente à au moins à 30 000 € afin de vous permettre d’obtenir des soins et un rapatriement si votre état l’exige.

Les garanties de l’assurance visa Schengen Europax répondent parfaitement à ces conditions spécifiques.

Visa Schengen refusé

Il est possible que votre demande de visa Schengen pour un séjour de courte durée soit refusée ou encore que les autorités abrogent votre visa alors que vous vous trouvez déjà sur le sol français.

  • En cas de refus d’octroi du visa, les autorités consulaires doivent justifier leur décision. À partir du moment où vous êtes informé ou notifié de ce refus de l’Administration, vous pouvez encore introduire un recours à titre gracieux auprès du consulat afin de lui demander de revoir sa position. La seconde solution est de vous adresser à la Commission de recours contre les décisions de refus de visa d’entrée en France (CRV). Le délai pour le faire est de 2 mois au plus à compter du moment où vous êtes notifié du refus.
    Vous pouvez saisir cette commission vous-même ou passer par votre avocat ou toute personne qui pourra appuyer votre démarche. La commission peut également rejeter votre recours ou, au contraire, recommander au ministère des Affaires étrangères et au ministère de l’Intérieur d’accorder votre demande de visa.
  • L’abrogation du visa est réalisée par le préfet si celui-ci estime que vous risquez de semer des troubles de l’ordre public par votre comportement ou si vous travaillez dans l’Hexagone sans avoir obtenu une autorisation au préalable.
    Cette autorité peut également révoquer votre visa si vous ne remplissez plus les conditions qui vous ont permis d’en bénéficier ou si elle juge que vous êtes venu dans l’Hexagone dans le but de vous y installer et non pour y effectuer un court séjour.

Vous serez informé de cette situation par la réception d’un formulaire type qui vous exposera en même temps les motifs de cette abrogation. Si cela arrive, plusieurs options s’offrent à vous. Vous pouvez introduire un recours en annulation auprès du juge administratif ; déposer un recours hiérarchique auprès du ministère de l’Intérieur ou encore adresser un recours gracieux auprès du préfet. Ces différentes actions peuvent être effectuées indifféremment les unes à la suite des autres ou en parallèle.

Pour découvrir les splendeurs naturelles, culinaires, architecturales ou artistiques de la France ou de tout autre pays de l’espace Schengen, le visa Schengen de court séjour est indispensable si votre périple ne dépasse pas 90 jours. Il existe plusieurs types de visa Schengen et diverses formalités pour les obtenir.

Par ailleurs, chaque consulat des pays de cette zone a ses propres procédures pour traiter les demandes qui lui parviennent. Les pièces justificatives exigées sont toutefois quasiment similaires puisqu’elles répondent à la même exigence de sécurité. En cas de refus, vous pouvez toujours introduire des recours afin de chercher à faire pencher la décision en votre faveur.

Bien que nous fassions de notre mieux pour vous fournir des données vérifiées et actualisées, il est possible que les informations soient sujettes à des changements. Nous vous conseillons de vérifier la validité des informations auprès des autorités compétentes. ACS ne sera en aucun cas responsable de tout désagrément survenu suite aux informations mentionnées ci-dessus.

ACS

Un savoir-faire de plus de 30 ans et 80 000 clients répartis dans le monde entier.

ACS compte une quarantaine de salariés et figure parmi les tous premiers courtiers d’assurance spécialisés en mobilité internationale, grâce à son savoir-faire de plus de 30 ans et ses
80 000 clients répartis dans le monde entier.

Notre adresse

ACS – Assurances Courtages Services
153, rue de l’Université, 75007 PARIS, FRANCE
Téléphone : +33 (0) 1 40 47 91 00 – Fax : +33 (0) 1 40 47 61 90

Email :